Ebola en RDC – Huit miliciens tués en attaquant une ville de l’Est

Ebola en RDC – Huit miliciens tués en attaquant une ville de l’Est

Huit miliciens ont été tués mercredi en attaquant des positions de l’armée dans une ville de l’est de la République démocratique du Congo, considérée par les autorités comme le principal foyer de l’épidémie d’Ebola, a-t-on appris de source militaire. « Huit miliciens Maï-Maï ont été tués dans la contre-offensive de l’armée après une attaque de la ville de Butembo » qui ciblait des positions de l’armée, a déclaré à l’AFP, le major Mak Hazukay, porte-parole de l’armée dans le Nord-Kivu. Un milicien blessé a hospitalisé.

« L’attaque des Maï-Maï contre Butembo a été lancée vers 05H30 (03H30 GMT) », a précisé à l’AFP le maire de la ville Sylvain Kanyamanda. Ce dernier a invité « la population au calme en attendant que la situation soit totalement sous contrôle » alors que trois témoins interrogés par l’AFP déclaraient entendre encore des coups de feu.

Dans l’Est congolais, les Maï-Maï sont des miliciens membres de groupes armés d’auto-défense communautaire.

A Butembo, ils sont accusés d’être responsables de plusieurs attaques ciblant des centres de traitement d’Ebola. Un médecin camerounais de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait été abattu le 20 avril alors qu’il participait à une réunion dans un hôpital.

Mardi, le centre de triage de l’hôpital Sainte Famille Mukuna de la zone de santé de Katwa, voisine de Butembo, « a été incendié par des inciviques », a rapporté le bulletin quotidien du ministère de la Santé daté du même jour.

Le ministre Oly Ilunga avait prévenu que chaque fois qu’il y aurait perturbation des activités de lutte contre l’épidémie, il faudrait s’attendre à une flambée du nombre de nouveaux cas et du nombre de décès. Le cap des 1000 morts du fait de cette fièvre hémorragique a été franchi vendredi, selon le ministère.

Que pensez-vous de cet article?