Dossier Mbobero: 8 hectares pour 227 familles, les victimes rejettent la proposition 

Dossier Mbobero: 8 hectares pour 227 familles, les victimes rejettent la proposition 

Par Esther N’sapu, correspondante à l’Est de la RDC

Les victimes d’expropriation de Mbobero continuent de revendiquer leurs terres estimées à 240 hectares auprès de l’ancien président Joseph Kabila. Mbobero est un village situé à une dizaine de kilomètres au nord de la ville de Bukavu, dans le territoire de Kabare dans la province du Sud-Kivu.

A ce jour, environ 227 familles, soit près de 3.000 personnes dont 500 enfants, sont sans abris, sans assistance et abandonnées à leur sort.

Dans une réunion qui s’est tenue à Bukavu mardi en présence des victimes, les membres de la société civile et l’ex-Première dame Olive Lembe à la tête d’une  forte délégation venue de Kinshasa avec le but trouver une solution aux problèmes des victimes de Mbobero. Il était question d’harmoniser la situation avec les victimes de cette crise qui a causé des morts et des blessés.

La nouvelle dynamique de la société civile du Sud-Kivu en tant qu’accompagnateur des victimes a encouragé la démarche.

RDC : les victimes d’expropriations à Mbobero réclament une indemnisation

Au moins 317 maisons ont été détruites mais aussi un hôpital – le seul à faire de la chirurgie cérébrale – ainsi que des écoles et des églises. Pourtant, la plupart de ces familles vivaient dans ce village depuis plus de 50 ans.

D’après Jean-Chrysostome Kijana, président de la Nouvelle Dynamique de la societé civile au Sud-Kivu, sur 240 hectares, 9 hectares ont été donné à l’église catholique et 8 autres hectares  aux victimes de Mbobero. Ces 8 hectares correspondent à 12 familles seulement. Nous avons dit « Non ».

« Mme Olive Lembe est venue avec une solution que nous avons rejetée. La solution pour elle, c’est de donner au collège Sainte-Anne 9 hectares et 8 autres à la population victime de Mbobero, ce qui fait 17 hectares au total. Huit hectares à plus de 350 victimes d’expropriation c’est créer du désordre. Nous ne pouvons pas accepter cette solution parce qu’elle est une source de conflit foncier en plus au Sud-Kivu ».  

Après cette réunion, plusieurs dizaines de victimes se sont rendus à la concession afin de rencontrer l’ex première dame pour évoquer une autre solution. Une fois sur le lieu, ils ont été dispersés par des tirs à balle réelle par des militaires de la garde républicaine.

Selon Baguma Kameme, porte-parole des victimes, deux personnes ont été blessées par balle et 4 autres ont été arrêtées puis relâchées dans la soirée. Les blessés sont soignés à hôpital général de référence de Bukavu.

« Nous sommes allés rencontrer Olive Lembe avec espoir de trouver une solution. La solution qu’elle propose ne nous convient pas. Trois personnes ont perdu la vie depuis le début de ce dossier, d’autres ont été blessées. Nos maisons ont été détruites et nous avons également perdu nos champs. Ils veulent donc faire passer tout ceci inaperçu ? » 

Jean-Chrysostome Kijana dénonce des cas de corruption mais aussi la fabrication de fausses victimes dans le dossier d’expropriation des victimes de Mbobero.

« Comme l’ex président Kabila est allé au-délà de ce qui devait lui revenir, nous proposons la mise en place d’une commission indépendante des géomètres qui doit être mise en place afin de déterminer les limites à Mbobero ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos