Ebola en RDC: arrestation de onze miliciens auteurs présumés d’une attaque contre un centre Ebola

Ebola en RDC: arrestation de onze miliciens auteurs présumés d’une attaque contre un centre Ebola

La justice militaire congolais a annoncé l’arrestation de onze miliciens, auteurs présumés du meurtre d’un médecin camerounais vendredi dernier dans une attaque contre un hôpital à Butembo, actuel épicentre de l’épidémie d’Ebola dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), rapportent jeudi des médias locaux. L’attaque contre une équipe de riposte contre la maladie à virus Ebola dans l’enceinte de la clinique de l’Université catholique du Graben (UCG) à Butembo (nord de la province du Nord-Kivu) a été commanditée par un certain Katembo qui a été arrêté mercredi.

Six assaillants ont été arrêtés pendant la poursuite et cinq autres ont été arrêtés trois jours après l’attaque, a précisé le substitut de l’auditeur (procureur) près la cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu, le colonel Kumbu Ngoma.

L’attaque, menée par de présumés Maï Maï (membres de milices armées), avait coûté la vie à un médecin épidémiologiste camerounais, le Dr Richard Mouzoko, expert de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Parmi les onze personnes arrêtés, trois sont présentées comme étant des « auteurs matériels ». Ils ont été reconnus pour avoir tiré sur le médecin camerounais et blessé un médecin congolais, a précisé le colonel Ngoma, cité par le site d’information Actualité.cd.

Sur la liste des auteurs moraux figure le général autoproclamé « Masumbuko » basé à Kanyatsi-Ngeleza, une localité située dans le territoire de Lubero. Il est décrit comme l’homme ayant fourni des miliciens à Katembo pour mener des attaques à Butembo.

Déclarée le 1er août, l’actuelle épidémie d’Ebola a provoqué 880 décès dans la région de Beni-Butembo, dans le Nord-Kivu, selon les derniers chiffres du ministère congolais de la Santé.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos