RDC: Reddition du chef rebelle Kavumbi, la societé civile reste pessimiste 

RDC: Reddition du chef rebelle Kavumbi, la societé civile reste pessimiste 

Par Esther N’sapu, correspondante à l’Est de la RDC

La population du territoire de Masisi se dit satisfaite de la reddition du chef rebelle Kavumbi et d’une partie de ses hommes mais se dit préoccupée par d’autres rebelles de la faction Nyatura qui sont restés dans la brousse avec armes et munitions de guerre.

Le chef rebelle autoproclamé, le général Sibomana Kavumbi, chef d’une faction des Nyatura, s’est rendu lundi dernier aux autorités de l’armée congolaise à Kirumbu. Le village de Kirumbu est situé à environ 35 kilomètres de la cité de Kitchanga, dans le territoire de Masisi en province du Nord-Kivu.

D’après les forces armées de la RDC, le rebelle Kavumbi s’est rendu avec 222 de ses hommes, 63 armes dont 57 AK47 et des munitions. Selon le porte-parole du secteur opérationnel Sokola 2 au Nord-Kivu, le major Ndjike Kaiko Guillaume, « cette reddition s’inscrit à la suite de l’appel du chef de l’Etat demandant aux groupes armés de déposer les armes et de venir servir la République. Tous les moyens nécessaires ont été mis en place pour les accueillir. Ils sont cantonnés au site de transit de Mubambiro près de Goma, en attendant le processus de leur démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR)« .

La société civile reste pessimiste 

Dans le groupement Bashali-Mokoto où le chef rebelle Kavumbi et ses hommes étaient actifs, la société civile salue ce geste mais se dit préoccupée par la situation sécuritaire à Masisi qui reste volatile et inquiétante. La présence des groupes armés en territoire de Masisi tels que les Nyatura, les NDC-Rénové de Guidon et alliés, les FDLR, les APCLS et autres reste un vrai problème qui fait que la région de Masisi reste insécurisée et sous-développée.

Selon M. Junior Ndakola Bakulu, 2e vice-président de la société civile de Kitchanga, chefferie de Bashali : « Nous saluons cet acte mais nous pensons que beaucoup reste à faire. Kavumbi s’est rendu avec plus de 200 de ses hommes alors qu’il dirigeait plus de 800 hommes selon les informations que nous avons. Il a présenté une soixantaine d’armes aux autorités de l’armée congolaise alors qu’il opérait avec 700 armes et d’autres munitions de guerre. Dans quel but le reste de ses hommes armés sont-ils restés en brousse? Les autorités de l’armée devraient redoubler de vigilance et multiplier les efforts pour que le reste des hommes de Kavumbi puissent se rendre« .

D’après le chef rebelle autoproclamé : « Nous avons répondu à l’appel du nouveau président. J’avais plus de 500 hommes, je suis venu avec une moitié. Nous sommes en contact avec d’autres miliciens qui sont restés à Masisi. Nous allons les sensibiliser pour qu’ils déposent également les armes et qu’ensemble nous puissions reconstruire le Congo.  Nous avons compris qu’en restant dans la forêt, cela empêche nos enfants d’étudier et nos femmes de cultiver« .

Junior Ndakola Bakulu précise que Kavumbi et ses hommes ont commis plusieurs exactions à l’endroit de la population civile du territoire de Masisi. Ses hommes auraient violé des femmes, pillé et volé les biens de la population dans plusieurs villages comme Kirumbu, Kahira, Mwesso, Lwama, Busoro etc. Il ajoute que les autorités congolaises devraient diligenter des enquêtes pour que Kavumbi et ses hommes soient traduits devant la justice.

Aujourd’hui, plusieurs villages de Masisi se vident de leurs occupants qui fuient l’insécurité et les taxes illégales imposées par des miliciens. A Pinga et Mwesso, les miliciens de Nduma Defense of Congo/Rénové de Guidon et alliés perçoivent des taxes auprès des populations civiles de différents villages. Par mois, il faut payer 1000 francs congolais par personne à partir de 15 ans. Ces miliciens prélèvent également des produits agricoles sur toutes les personnes qui proviennent soit des champs soit du marché.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos