Côte-d’Ivoire : Après les militaires, les démobilisés bloquent des villes

Côte-d’Ivoire : Après les militaires, les démobilisés bloquent des villes

Des ex-rebelles ivoiriens démobilisés, réclamant des primes similaires à celles des mutins qui ont ébranlé le pays la semaine dernière, ont bloqué lundi des accès à Bouaké, deuxième ville du pays, et Korhogo.

A Bouaké (centre), ancienne capitale rebelle, les démobilisés ont chassé la police et la gendarmerie du corridor sud d’entrée de la ville et empêchent la circulation sur cet axe, qui est le principal du pays, reliant Abidjan, la capitale économique du pays, au Burkina Faso voisin, au nord. « On ne quittera pas d’ici! Une de ces trois personnes doit nous appeler (téléphoner, ndlr) pour nous faire partir: le président (ivoirien Alassane) Ouattara, le ministre de la Défense (Alain-Richard Donwahi) ou le chef d’état-major (Touré Sekou) », a affirmé Diomande Megbe, porte-parole du mouvement.

Dans la ville de Korhogo (nord), une cinquantaine de démobilisés ont pris le contrôle de l’entrée nord de la ville. « Comme les militaires mutins, nous réclamons nos primes de guerre (rébellion) au président Ouattara », a indiqué Issouf Ouattara, un des démobilisés.

A Abidjan, une cinquantaine de démobilisés ont tenté de bloquer l’entrée nord de la ville mais ont été refoulés par des policiers, selon des médias ivoiriens.

Non intégrés à l’armée

Les démobilisés (dont le nombre est estimé à environ 6.000 à travers le pays) sont d’anciens rebelles qui n’ont pas été intégrés à l’armée (contrairement aux mutins). Lors de la dernière mutinerie, un démobilisé a été tué à Bouaké par les soldats révoltés qui estimaient que les revendications des démobilisés mettaient en péril le paiement de leurs primes.

Le démobilisé, qui a succombé à ses blessures le 14 mai, devait être enterré ce lundi et ses camarades ont prévu des actions dans le pays.

La ministre de la Solidarité Mariatou Koné, venue assister à la levée du corps à la morgue, a prononcé un discours promettant notamment qu’un fonds soit mis en place pour des « projets » (aide à la création d’entreprises) de démobilisés – propos qui ont provoqué la colère de ceux-ci. « On ne veut pas des projets, on veut l’argent », a crié l’un d’entre eux. La ministre a alors regagné sa voiture, où elle a dû attendre une dizaine de minutes avant que les démobilisés acceptent de la laisser partir.

Les démobilisés réclament « 18 millions de F CFA de primes » (27.000 euros) alors que les mutins ont obtenu 12 millions (18.000 euros) après leurs deux mouvements de janvier et mai. « Comment paie-t-on 17 millions – 12 millions cette année et 5 millions en 2014 selon lui – aux mutins et à nous, on nous parle de projets ! », a lancé M. Megbe.

Que pensez-vous de cet article?