L’aide belge au développement à nouveau en baisse, en écho à une tendance mondiale

L’aide belge au développement à nouveau en baisse, en écho à une tendance mondiale

L’aide belge au développement a continué de diminuer l’année dernière, faisant écho à une tendance mondiale à la baisse. Les fonds mobilisés par le gouvernement pour aider les pays en développement sont passés de 0,45% du revenu national brut (RNB) en 2017 à 0,43% en 2018, s’éloignant toujours plus de l’objectif international de 0,7%, d’après des statistiques de l’OCDE, publiées mercredi. Entre 2017 et 2018, l’aide publique mondiale au développement a reculé de 2,7%. La part d’aide destinée aux pays qui en ont le plus besoin a baissé de 3%, et l’Afrique a vu diminuer l’aide dont elle bénéficiait de 4% en un an.

« Ce repli s’explique en grande partie par une diminution de l’aide affectée à l’accueil des réfugiés, du fait du reflux du nombre d’arrivées et du durcissement des règles permettant de décompter des budgets d’aide publique certaines des dépenses relatives aux réfugiés », souligne l’OCDE.

Dans l’ensemble, l’aide mondiale n’a représenté que 0,31% du RNB des pays donateurs, soit moins de la moitié de l’objectif de 0,7% fixé par l’ONU dans les années 70 et réitéré dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD). Seuls le Royaume-Uni, le Danemark, la Norvège, le Grand-Duché de Luxembourg et la Suède l’ont atteint ou dépassé l’année dernière.

« Cet affaissement de l’aide publique est particulièrement inquiétant car il fait suite à des données montrant que les apports privés en faveur du développement diminuent également », a affirmé le secrétaire général de l’OCDE, José Angel Gurría. « Les pays donateurs ne tiennent pas leur engagement en faveur d’une augmentation du financement du développement pris en 2015, ce qui augure mal de notre capacité à concrétiser les ODD à l’horizon 2030 », a-t-il mis en garde.

En repli également, l’aide publique belge suit la tendance mondiale. « Au cours de la législature qui s’achève, l’aide belge a baissé de 0,46% à 0,43% du RNB. Depuis 2010, année où la contribution belge pour le développement a atteint un pic de 0,64% du RNB, cela représente une baisse cumulée de 33% », a regretté le CNCD.11.11.11, coupole de près de 90 ONG, syndicats et associations belges engagés dans la solidarité internationale.

Selon l’organisation, les frais d’accueil des demandeurs d’asile captent 11,1% de l’aide publique au développement mobilisée par la Belgique. « Cet artifice comptable continue de faire de la Belgique la première bénéficiaire de sa propre aide au développement, puisqu’aucun pays partenaire de la Coopération belge ne bénéficie d’un montant d’aide aussi important », selon le CNCD.

Pour son secrétaire général Arnaud Zacharie, « il est grand temps d’inverser la tendance et de revaloriser l’aide belge au développement, afin d’atteindre au cours de la prochaine législature l’objectif international de 0,7% du RNB ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos