RDC : Sénatoriales, feu nourri du FCC et de la Ceni contre Félix Tshisekedi

RDC : Sénatoriales, feu nourri du FCC et de la Ceni contre Félix Tshisekedi

La décision du président congolais de suspendre l’élection des sénateurs et d’ajourner l’élection des gouverneurs fait réagir la plateforme politique de Joseph Kabila et de la Ceni.

Les jours se suivent et se ressemblent en République démocratique du Congo. La tension est de plus en plus palpable entre les deux blocs FCC et Cach.

RDC : Félix Tshisekedi joue avec le feu

Après le vent de fronde au sein de l’UDPS contre le résultat des élections sénatoriales lors desquelles le parti du président n’a obtenu aucun siège, après la réaction violente de certains militants, Félix Tshisekedi a donc décidé, au cours d’une réunion interinstitutionnelle, lundi, de suspendre l’élection de tous les sénateurs et de reporter l’élection des gouverneurs, comme l’a indiqué le vice-ministre de l’Intérieur Basile Olongo, au sortir de cette réunion.

Une démarche qui irrite un peu plus le FCC qui a rappelé, par un nouveau courrier signé par son coordonateur Néhémie Mwilanya Wilondja,  les limites du pouvoir du président et celles, encore plus évidentes, de la réunion interinstitutionnelle, qui ne serait « fondée qu’à formuler des recommandations ».

Le FCC reproche au président le report sine die de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs. Il lui rappelle que la « compétence d’organiser les élection est du ressort exclusif de la Ceni ».

Pour ce qui est de la suspension de l’installation des sénateurs élus, le FCC parle de « tentative de freiner le processus tant attendu du renouvellement du Sénat ». Une formulation qui n’est pas anodine et qui ouvre la porte à une éventuelle démarche en « destitution »  du président.

La commission électorale nationale indépendante (Ceni) a aussi réagi à cette sortie « présidentielle » en renvoyant le demandeur devant la Cour constitutionelle. « Nous nous trouvons en période de contentieux. A l’UDPS ou à quiconque qui se sent lésé de saisir la Cour constitutionnelle pour obtenir gain de cause en présentant ses moyens de défense. La Ceni n’a plus compétence à dire quoi que ce soit dès lors qu’elle a publié les résultats provisoires des élections tel que constaté dans les provinces où elles ont eu lieu en présence de tout le monde », a déclaré lundi à Radio Okapi le rapporteur de la Ceni, Jean-Pierre Kalamba.

Bref, comme nous l’indiquions dès lundi 18 mars, Félix Tshisekedi est sorti de son rôle et du cadre légal dans ce dossier des sénatoriales. Du pain bénit pour le FCC.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos