Colonisation: les métis vont pouvoir accéder à leurs données personnelles

Colonisation: les métis vont pouvoir accéder à leurs données personnelles

Un accord est intervenu en début de semaine entre l’Association Métis de Belgique (AMB-MVB), le Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) et les Archives générales du royaume permettant le transfert du musée aux Archives des dossiers personnels des métis arrachés à leur mère à la fin de la colonisation et placés de force dans des orphelinats en Belgique sans pouvoir accéder aux données permettant notamment de retracer leur filiation. À l’époque, l’ensemble de leurs dossiers personnels – contenant actes de naissance, examens de santé et autres documents à caractère privé – fut confié successivement à différentes asbl avant d’atterrir au Musée de Tervuren à l’issue d’un don. L’AMB milite activement depuis plusieurs années pour que ces dossiers ne soient pas considérés comme des pièces de collection appartenant à un musée mais bien comme des documents à caractère personnel, protégés, avec des conditions d’accès facilitées pour les métis et leurs familles, à l’instar de n’importe quel document comportant des données privées.

« Depuis 2017, plusieurs résolutions ont été adoptées dans les différentes assemblées de notre pays; preuve s’il en est du grand intérêt qu’il fallait apporter à cette problématique. L’appel légitime des métis de Belgique devait être entendu. C’est pourquoi j’ai fait en sorte de réunir autour de la table les différents acteurs pour dégager une solution qui permettait de rencontrer les revendications des métis dans les meilleures conditions », a indiqué vendredi la ministre de la Politique scientifique Sophie Wilmès.

Pour l’Association Métis de Belgique, l’accord intervenu cette semaine est très important. Il concrétise une demande majeure relayée par la résolution votée le 29 mars 2018 à la Chambre. « Cela rencontre une de nos principales préoccupations considérant que pour notre qualité de citoyens belges à part entière et pour notre dignité, nos dossiers personnels n’ont pas leur place dans un musée d’Afrique mais bien dans l’histoire de Belgique. C’est un pas de plus dans la reconnaissance par la Belgique de ses enfants métis nés durant la période coloniale », a-t-elle indiqué.

Le Premier ministre Charles Michel s’est dit prêt récemment à prononcer au parlement une déclaration solennelle reconnaissant la ségrégation dont ont été victimes les enfants métis arrachés à leurs mères à la fin de la période de colonisation. Cette déclaration pourrait être prononcée à la fin du mois.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos