RDC : Macron demande à Tshisekedi de s’émanciper de Kabila

RDC : Macron demande à Tshisekedi de s’émanciper de Kabila

Le président français Emmanuel Macron a rencontré Félix Tshisekedi, mercredi en soiréee, à Naïrobi, lors d’un dîner informel, non prévu initialement à l’agenda, organisé par le président kényan Uhuru Kenyatta.

Selon diverses sources, les présidents Macron et Kenyatta ont fait passer le même message à leur hôte congolais. « Il faut vous émanciper de la tutelle de Joseph Kabila ».

« Les présidents Kenyatta et Macron partagent la même lecture des événements récents », explique une source. « Les résutats sont contestés et contestables mais il faut avancer car il n’y aura pas de retour aux urnes. Félix Tshisekedi doit donner des gages de son autorité en se distançant du pouvoir de son prédécesseur. »

Parmi ces gages, il y a la nécessité de poser des gestes vis-à-vis du camp de Lamuka, la plateforme qui a soutenu la candidature de Martin Fayulu. Les différentes sources évoquent le fait que la possibilité de former un gouvernement d’ouverture qui incluerait « les camps de Martin Fayulu et Moïse Katumbi, notamment » a été clairement « mis sur la table par Emmanuel Macron ». 

Félix Tshisekedi a été investi le 24 janvier dernier. Il n’a toujours pas nommé de Premier ministre, ni de gouvernement. La pression se fait de plus en plus forte du côté du FCC, la plateforme de Kabila, pour que cet éxécutif soit installé rapidement après la mise en place des structures de l’Assemblée nationale.

Félix Tshisekedi est lié par un accord politique à son prédécesseur et le FCC a conservé, contre toute attente et toute logique, la majorité absolue à l’Assemblée nationale avec 341 sièges sur 500. Le FCC réclame donc que le poste de Premier ministre soit issu de ses rangs, ainsi que le président de l’Assemblée nationale.

Le président Macron a rassuré ses interlocuteurs, pas question pour l’instant d’appeler à de nouvelles élections comme le réclame Martin Fayulu. Il attend aussi de Félix Tshisekedi qu’il ouvre un dialogue « constructif » avec l’Onu sur l’avenir de la Monusco dont le mandat doit être renouvelé ce mois de mars. « Une préoccupation majeure » pour la France vu la situation dans l’est du pays avec les exactions qui se poursuivent et l’épidémie d’Ebola qui n’est toujours pas sous contrôle.

Félix Tshisekedi n’a pris aucun engagement lors de cette rencontre. « Sa situation est très compliquée », concède une des sources. « Mais il doit envoyer des gages et démontrer que le pays est sur la route d’une vraie alternance et qu’il n’est pas qu’une marionnette entre les mains du clan Kabila ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos