Bouteflika sous « menace vitale permanente »

Bouteflika sous « menace vitale permanente »

Le président algérien est rentré dimanche d’un séjour médical de deux semaines en Suisse, aux Hôpitaux universitaires de Genève. Si aucun bulletin de santé n’a été publié à l’issue des « examens médicaux périodiques » auxquels doit se soumettre Abdelaziz Bouteflika, des informations ont filtré, entre autres dans la presse helvétique.

Selon La Tribune de Genève, le chef d’État algérien souffre de problèmes neurologiques et respiratoires. L’homme de 82 ans se trouve « sous menace vitale permanente » en raison de la dégradation de ses réflexes neurologiques. « Il ne souffre d’aucun mal mortel à court terme mais c’est un vieux monsieur qui peine à se remettre des conséquences de son attaque cérébrale de 2013 », écrit le journal.

D’après la source interrogée, Abdelaziz Bouteflika est passé d’un « état de fragilité, mais permettant une vie à peu près normale » à un état « très précaire et (qui) nécessite des soins constants ». La source précisait encore qu’il souffre d’aphasie, une perte partielle du langage (« il semble réceptif à ce qu’on lui dit, mais on le comprend à peine, il faut pratiquement lire sur ses lèvres ») et aussi d’une « bronchoaspiration » (il présente des risques élevés « que des aliments ne soient dirigés vers ses voies respiratoires, ce qui peut entraîner une infection pulmonaire grave »).

L’avocate suisse, Saskia Ditisheim, qui a lancé une action vendredi dernier pour placer le chef d’État sous curatelle lors de son séjour genevois, avait fondé sa requête sur le fait qu’il est « incapable de discernement » et que « tous ses actes […] ne sont pas effectués par lui-même mais par son entourage politique et familial ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos