Parcs nationaux : le WWF en accusation

Parcs nationaux : le WWF en accusation

Par MFC

Le WWF (World Wildlife Fund, Fonds mondial pour la nature) a annoncé qu’il allait ordonner une enquête chargée d’établir si des accusations portées contre lui par le site d’information BuzzFeeed.News étaient ou non exactes. Selon le site, le WWF finance, équipe et parfois arme des gardes de parcs nationaux qui se rendent coupables d’exactions, voire de meurtres. Mercredi, BuzzFeed a indiqué que le WWF avait déjà ouvert une enquête en 2015 sur des accusations comparables – sans modifier ses usages ensuite.

https://www.buzzfeednews.com/article/katiejmbaker/wwf-report-human-rights-abuses-rangers

« Nous avons des politiques rigoureuses conçues pour garantir que nous et nos partenaires protégeons les droits et le bien-être des peuples autochtones et des communautés locales dans les lieux où nous travaillons », avait indiqué lundi le WWF dans un communiqué, en réaction aux premières accccusations du site. « Tout manquement à ces politiques est inacceptable pour nous et, si l’examen révèle un manquement, nous nous engageons à prendre des mesures rapides ».

En 2017, l’ONG Survival International avait accusé des gardes forestiers financés par le WWF de violations des droits de l’homme « systématiques et généralisées » envers les Pygmées au Cameroun, en République démocratique du Congo et en Centrafrique. C’est encore Survival International qui a fait circuler en Europe l’enquête de BuzzFeed.

Braconniers et civils innocents tués

Celle-ci, selon le site, a duré un an; elle a couvert six pays et donné lieu à plus de cent entretiens. BuzzFeed accuse la lutte anti-braconnage menée dans plusieurs parcs nationaux à travers le monde avec l’aide du WWF, d’aller vers une militarisation toujours plus grande des gardes (dont près de 50 ont été tués dans le monde en 2017) et de donner lieu à des violations des droits de l’homme de braconniers et de civils innocents vivant dans ou à la limite des parcs.

En théorie, indique BuzzFeed, il est prévu par les règlements du WWF que ses antennes locales fassent rapport au siège à Gland (Suisse) pour tous les cas de brutalité; dans la pratique, ces antennes ont plutôt tendance à « couvrir » les abus des gardes. Plus généralement, indique le site, le WWF affirme que les populations vivant dans ou près des parcs sont respectées; dans la réalité, assure BuzzFeed, elles sont traitées « en ennemis ».

Emprisonné par des gardes pendant… plus de quinze ans

L’enquête cite le cas d’un civil, accusé de braconnage, torturé et battu à mort par des « rangers » du Parc National de Chitwan (Népal). Trois employés du Parc avaient été arrêtés pour ce crime. Selon BuzzFeed, le WWF avait fait du lobbying en faveur des accusés, qui seront libérés quelques mois plus tard. Le WWF conclura à une victoire de la lutte anti-braconnage, engagera dans ses services un des accusés libérés tandis qu’un autre recevra du WWF un prix couronnant la lutte anti-braconnage. En novembre 2013, ajoute le site, la prison du parc Chitwan contenait 80 détenus, dont certains depuis… plus de quinze ans.

Selon BuzzFeed, un rapport de l’Onu, en 2010, sur six meurtres commis par l’armée népalaise dans plusieurs parcs du pays – dont celui de Chitwan – signale que des responsables des parcs ont activement œuvré (destruction de preuves, fausses accusations de braconnage, pressions sur les familles pour qu’elles retirent leur plainte) à entraver les tentatives de faire rendre des comptes par les meurtriers. Parmi les victimes figurent deux femmes et une fillette – très pauvres – qui récoltaient des écorces d’arbre dans le parc Bardiya. Le WWF a néanmoins poursuivi sa politique d’appui aux gardes de ces parcs.

Au Cameroun et en Centrafrique

BuzzFeed cite aussi le cas de gardes accusés d’avoir battu et torturé des civils voisins du Parc National de Lobéké (Cameroun) – mais qui continuent à être financés, logés et équipés par le WWF. Des cas similaires sont survenus à la Réserve Spéciale de Dzangha Sangha (Centrafrique).

BuzzFeed cite encore le cas du Parc National Kaziranga (Inde), dont le directeur, M. K. Yadava, avait donné instruction aux « rangers », en 2014, de « tuer » les intrus. Selon un reportage de la BBC de 2017, ces « rangers » ont tué « des dizaines » de personnes, dont des villageois innocents. Selon BuzzFeed, non seulement WWF-Inde est au courant de cette pratique, mais elle l’appuie.

Devant l’annonce d’une enquête faite lundi par le WWF, BuzzFeed a réagi mercredi en publiant un nouvel article indiquant que l’ONG de protection de la nature avait déjà été avertie en 2015 des dérapages des gardes qu’elle finance. Elle avait alors commandé un rapport, qui l’impliquait, selon BuzzFeed, dans des violences contre les Pygmées Baka et des communautés riveraines de parcs au Cameroun. Selon le site, le WWF n’a jamais publié ce rapport, tandis que son directeur Marco Lambertini, indiquait que ce problème était l’affaire du « gouvernement du Cameroun » – et tout avait continué comme avant.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos