Fespaco: un palmarès 2019 au parfum de mobilisations

Fespaco: un palmarès 2019 au parfum de mobilisations

L’histoire du Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou retiendra cette belle ironie : le Rwanda a remporté le prix le plus prestigieux de la catégorie fiction avec son tout premier film présenté en compétition au Burkina Faso, la Mecque du cinéma africain. Et cela, sans que le pays des 1000 collines soit doté d’une véritable industrie du cinéma, ni ne dispose d’aucun fonds dédié. Cette victoire est due à la ténacité d’une poignée d’hommes et de femmes rwandais, mais surtout à la mobilisation de deux producteurs, un Belge et un Français, et à l’engagement d’un acteur originaire de RDC, Marc Zinga, sacré meilleur interprète masculin samedi soir à Ouaga.

Située à cheval sur la frontière de ces deux pays toujours sous tensions, l’histoire de The Mercy of the jungle le film de Joël Karekezi s’affiche résolument antimilitariste. Censée se dérouler dans le Kivu (RDC), elle a en réalité été tournée dans la partie ougandaise de cette forêt incroyablement dense qui se moque bien de la folie des hommes et de la notion de frontière.

Le palmarès de la 26e édition du Fespaco est porteur de plusieurs heureux rappels à la raison, à la tolérance et au bon sens élémentaires trop souvent bafoués, pas seulement en Afrique mais à travers le monde. Il pointe les menaces qui pèsent sur notre quotidien : dangers de la radicalisation (Fatwa, Tunisie), ravages des guerres (The Mercy of the jungle, Rwanda ; Desrances, Burkina Faso), violences contre les femmes et homophobie (Rafiki, Kenya), lutte pour la justice (Whispering truth to power, Afrique du Sud), exploitation des ressources naturelles et travail des enfants (Le loup d’or de Balolé d’Aïcha Boro Leterrier, Burkina Faso) mais aussi intégrisme et menaces contre les artistes (Au temps où les Arabes dansaient de Jawad Rhalib, Maroc, photo). Autre clin d’oeil de l’Histoire : deux des films ayant reçu les plus hautes récompenses lors de cette édition du 50e anniversaire du Fespaco (Etalon d’or de la fiction et Etalon d’argent du documentaire) ont été coproduits par la petite Belgique.

Tout palmarès est toujours sujet à discussions et à controverses. Celui de cette 26e édition ne fait pas exception à la règle, notamment dans la catégorie documentaires. De nombreux spectateurs et cinéphiles ont en effet regretté que le palmarès fasse si peu écho à une thématique pourtant bien présente parmi les 21 films présentés en compétition : celle de la mobilisation de la jeunesse et des soulèvements populaires à travers l’Afrique, hier comme aujourd’hui. Des films dont on espère qu’ils trouveront leur chemin jusqu’aux écrans européens, en festivals ou ailleurs : Fahavalo, Madagascar 1947 (Madagascar); Kinshasa Makambo (RDC), Par tous les moyens nécessaires (Afrique du Sud), On a le temps pour nous (Burkina Faso, Sénégal), Silas (Kenya)…

Karin Tshidimba, à Ouagadougou

Palmarès Fespaco 2019

Longs métrages Fictions

  • Etalon d’Or : The Mercy of the jungle de Joël Karekezi (Rwanda)

  • Etalon d’Argent : Karma de Khaled Youssef (Egypte)

  • Etalon de Bronze : Fatwa de Ben Mohmound (Tunisie)

  • Meilleure interprétation féminine : Samantha Mugotsia dans Rafiki de Wanuri Kahiu, (Kenya)

  • Meilleure interprétation masculine : Marc Zinga dans The Mercy of the jungle de Joël Karekezi (Rwanda)

  • Meilleur scénario : Regarde-moi de Nejib Belkadhi (Tunisie)


Courts métrages Fictions

  • Poulain d’Or: Black Mamba de Amel Guellaty (Tunisie)

  • Poulain d’Argent : Une place dans l’avion de Khadidiatou Sow (Sénégal)

  • Poulain de Bronze: Un air de Kora de Angèle Diabang (Sénégal)


Longs métrages Documentaires

  • Etalon d’Or: Le loup d’or de Balolé de Aïcha Boro Leterrier (Burkina Faso)

  • Etalon d’Argent: Au temps où les Arabes dansaient de Jawad Rhalib (Maroc)

  • Etalon de Bronze: Whispering truth to power de Shameela Seedat (Afrique du Sud)

  • Prix Paul Robeson de la 1e œuvre de la Diaspora : Mon ami Fela de Joel Zito Araujo (Brésil)

Courts métrages Documentaires

  • Poulain d’Or : Contre toute attente de Charity Resian Nampaso & Andréa Iannetta (Kenya/Italie)

  • Poulain d’Argent: Ainsi parlait Félix de Nantenaina Lova (Madagascar)

  • Poulain de Bronze : Tata Milouda de Nadja Harek (Algérie/France)

Films d’animation

  • Prix du jury : Da Tsysy Da de Tojo Niaina Rajaofera (Madagascar)

  • 1er Prix : Briska, de Nadia Rais (Tunisie)

  • 2e Prix : Un Kalabanda a mangé mes devoirs de Raymond Malinga (Ouganda)

Séries TV africaines

  • 1er Prix: Petites histoires, grandes vérités de Ambrose B. Cooke (Ghana)

  • 2e Prix: Blog de Melyou Akré Loba Diby (Côte d’Ivoire)

Que pensez-vous de cet article?