RDC : Les Policiers dans les rues d’Uvira pour réclamer leurs arriérés 

RDC : Les Policiers dans les rues d’Uvira pour réclamer leurs arriérés 

Par Esther N’sapu, correspondante à l’Est de la RDC

Au total  360 policiers ont manifesté ce mardi 19 février dans les rues  d’Uvira en province du Sud-Kivu pour réclamer 4 mois d’arriérés de salaire. Uvira est une ville de la province du Sud-Kivu située à plus de 120 kilomètres de Bukavu en RDC.

Selon  les informations livrées par la société civile, ces policiers ont été recrutés depuis le mois de décembre dernier pendant la période électorale dans le but de renforcer la sécurité à Uvira. Ils sont cantonnés dans un parking public situé à Rugenge sur l’avenue Makarunga.

André Biadunia, porte-parole de la nouvelle société civile en ville d’Uvira, explique la situation.

« Les manifestations ont commencé depuis lundi vers 15h lorsque des policiers, certains en tenue civile, ont d’abord érigé une barrière sur la route principale avant de demander à chaque véhicule, motos, taxis et vélos, de payer entre 2.000 et 500 francs congolais avant de pouvoir franchir ce barrage. Celui qui n’était pas en mesure de payer cette somme était tabassé par les manifestants. Nous avons été en contact avec le responsable de la police, malheureusement, il ne s’est pas rendu sur le lieu de manifestation pour calmer les tensions ».

La grève devrait se poursuivre

« Ce mardi très tôt, vers 5 heures 30,poursuit notre interlocuteur,  les mêmes policiers ont poursuivi leur manifestation cette fois-ci en perturbant la circulation sur la route nationale numéro 5, reliant la ville d’Uvira à Bukavu. Certains véhicules qui quittaient Bukavu pour Uvira ont été obligés de faire demi-tour vers Kiliba.

C’est vers 8h que le commandant de la 3e zone de défense en charge des opérations et renseignements, le général Padiri, est intervenu pour disperser les manifestants. Certains d’entre eux ont confirmé vouloir poursuivre leurs mouvements au cas où leurs arriérés ne seraient pas payés. Mais pour le moment la situation est redevenue normale ».

Pour rappel, jeudi dernier, plusieurs dizaines de policiers avaient manifesté à Béni pour réclamer deux mois d’arriérés de salaire. Ils avaient tirés plusieurs coups de feu qui avaient perturbé les activités socio-économique à Beni. Ce Lundi 18 février, 7 de ces policiers qualifiés de semeurs de troubles ont été condamnés par le tribunal militaire de garnison de Béni-Butembo à des peines allant de trois mois à 3 ans de prison ferme.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos