Le Rwanda signe un nouvel accord pour l’extraction du gaz méthane du lac Kivu

Le Rwanda signe un nouvel accord pour l’extraction du gaz méthane du lac Kivu

Le Rwanda a annoncé avoir signé avec la société Gasmeth Energy un contrat de 400 millions de dollars pour la production de gaz en bouteille à partir du méthane contenu dans le lac Kivu, qui sépare le pays de la République démocratique du Congo (RDC), rapportent plusieurs médias. Gasmeth Energy, une société à capitaux américains, nigérians et rwandais, va financer, construire et gérer une usine d’extraction, de traitement et de compression du gaz pour vendre du méthane sur le marché local et à l’étranger.

« Nous nous attendons à avoir un gaz abordable et respectueux de l’environnement (…). Nous nous attendons à ce que les gens puissent utiliser le gaz au lieu du charbon de bois, comme dans les industries. Cela fait partie de notre programme vert », a expliqué la directrice de l’Agence rwandaise de développement (« Rwanda Development Board », RDB), Clare Akamanzi, citée mercredi par l’agence de presse allemande DPA.

Le Rwanda compte déjà deux sociétés qui extraient du gaz du lac Kivu pour alimenter des centrales électriques. Le pays des Mille Collines produit de l’électricité en transformant ce gaz pompé à partir d’une plate-forme installée sur le lac Kivu, à 13 km de sa rive.

La RDC et le Rwanda avaient signé en 2017 un projet pour mener des recherches communes sur l’exploitation sécurisée de ce gaz.

Les 2.370 km2 du lac Kivu – soit quatre fois la taille du lac Léman entre la France et la Suisse – dont la profondeur atteint 485 mètres par endroits, contient, selon les estimations, quelque 60 km3 de méthane dissous et environ 300 km3 de dioxyde de carbone (CO2).

Des scientfiques craignent que ces gaz, s’ils sont libérés – par exemple, à la suite d’une éruption du volcan Nyiragongo situé à quelques kilomètres du lac, au nord de la ville de Goma (est de la RDC) – engendrent une catastrophe qui provoquerait la mort par suffocation de jusqu’à deux millions de personnes vivant autour du lac, Congolais et Rwandais.

L’extraction de gaz réduira non seulement les risques, mais créera aussi des emplois – de 600 à 800 durant la phase de construction et 400 en régime, selon le patron de Gasmeth Energy, Stephen Tierney, cité par l’agence britannique Reuters.

Gasmeth Energy prévoit, selon le RDB, la construction d’une installation de pompage du gaz sur le lac. Il sera séparé de l’eau avant d’être, à terre, compressé afin d’être vendu au Rwanda et à l’étranger.

Le méthane produit aidera à réduire l’utilisation de bois et de charbon de bois comme combustible de cuisson, selon Mme Akamanzi.

Ce contrat s’étale sur une durée de sept ans, avec un début de la production prévu en 2021.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos