Tshisekedi à Luanda, les expulsions continuent

Tshisekedi à Luanda,  les expulsions continuent

Par Marie-France Cros.

Alors même que le nouveau président congolais, Félix Tshisekedi, entamait mardi en Angola son premier déplacement à l’étranger en tant que chef d’Etat, Luanda expulsait un nouveau contingent de Congolais de son territoire. L’un d’eux a indiqué à Actualités.cd: ils « nous ont dit que nous devons rentrer au Congo parce qu’il y a eu un changement de régime ».

Selon ce journal, plusieurs centaines d’hommes ont été expulsés par le poste frontière de Kamako (province du Kasaï), à 150 jm de Tshikapa, après avoir été arrêtés dans des mines de diamant angolaises, dans le Lunda Norte.

Cette expulsion a été précédée par une importante vague d’autres mouvements similaires depuis octobre 2018: 360.000 personnes furent alors expulsées en 6 semaines, selon Handicap International. Une grande partie d’entre elles sont – comme Félix Tshisekedi – des Kasaïens. Ces gens ont fui les violences dans le Grand Kasaï en 2016-17, violences liées à l’insurrection Kamwina Nsapu et à sa sanglante répression, organisée par l’ex-ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, candidat kabiliste malheureux à la présidentielle du 30 décembre dernier.

https://afrique.lalibre.be/26015/vive-tension-entre-kinshasa-et-luanda/

A Luanda, Felix Tshisekedi a reconnu le droit de l’Angola d’expulser les étrangers en situation irrégulière mais a souhaité « davantage de collaboration » entre services angolais et congolais afin de permettre une meilleure coordination desarrivées de Congolais rapatriés.

Pas de preuve de la victoire de Tshisekedi

Interrogé par la presse angolaise sur la réalité de sa victoire électorale (le président Joao Lourenço, comme tous ses homologues africains – sauf le président du Kenya – a évité d’assister à la prestation de serment de Félix Tshisekedi, le 24 janvier), le nouveau chef d’Etat congolais n’a reconnu que « quelques imperfections », n’hésitant pas à ajouter: « A ce jour, j’attends toujours la preuve de celui qui conteste le verdict de la Cour constitutionnelle. Je n’ai toujours rien vu ».

Cette réponse attire l’attention par son cynisme lorsqu’on se rappelle que la Cour constitutionnelle a refusé d’entendre les arguments de Martin Fayulu, donné vainqueur par la mission d’observation des évêques catholiques avec 62% des voix, en déclarant son recours « infondé ».

C’est, au contraire, la preuve que Felix Tshisekedi a remporté les « 38% » portés à son crédit par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui n’a toujours pas été faite. Plus d’un mois après les élections, la Ceni n’a en effettoujours pas produit les résultats électoraux bureau de vote par bureau de vote, comme elle y est requise par la loi.

https://afrique.lalibre.be/31785/pas-detat-de-grace-pour-felix-tshisekedi/

Chemin de fer et électricité

Côté angolais, le ministre des Affaires étrangères, Manuel Augusto, a indiqué l’intérêt de Luanda pour renforcer la coopération entre les deux pays. Les Angolais, qui ont restauré de leur côté de la frontière le chemin de fer de Lobito, pourraient l’exploiter mieux si les Congolais faisaient de même sur le territoire de la RDC. En outre, ils voudraient que Cabinda – territoire angolais enclavé entre lesdeux Congo – et des provinces angolaises du nord puissent recevoir de l’électricité d’Inga.

Mais le développement de ce barrage est retardé depuis des années par la volonté de la Présidence congolaise de garder la main mise sur le projet au lieu d’en confier la supervision au gouvernement, et par l’appétit de certains promoteurs qui veulent construire une première phase sans rapport avec les besoins réels du marché africain.

Dans le classement 2018 de la Banque africaine de développement (BAD) par budget national, l’Angola était en 9ème position, avec 277 milliards de dollars, et la RDC 50ème, ex-aequo avec l’Erythrée et le Sahara occidental, avec 4 milliards de dollars. Dans le classement 2018 Doing Business de la Banque mondiale, la RDC était 182ème sur 190 pays. Le PIB (produit intérieur brut) par habitant est de 444 dollars par habitant au Congo, dans les huit plus pauvres d’Afrique,juste au-dessus de la Somalie (434 dollars/habitant).

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos