Les conditions d’accueil de Laurent Gbagbo en Belgique doivent encore être négociées

Les conditions d’accueil de Laurent Gbagbo en Belgique doivent encore être négociées

La Belgique a accepté d’accueillir l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo sur son territoire mais les conditions de sa venue doivent encore être négociées avec la Cour pénale internationale (CPI), a précisé samedi à l’agence Belga le ministère des Affaires étrangères. La Belgique a reçu une demande de coopération de la CPI concernant l’ex-chef d’État ivoirien, acquitté le 15 janvier de crimes contre l’humanité commis en 2010 et 2011 lors de violences post-électorales en Côte d’Ivoire. Laurent Gbagbo a recouvré la liberté vendredi mais devra peut-être faire face à un recours devant une juridiction d’appel.

Entre-temps, la Belgique a répondu favorablement à la requête de la CPI et devrait donc accueillir Laurent Gbagbo. Toutefois, ce dernier jouissant d’une liberté conditionnelle provisoire, « il s’agit d’un accord de principe, les conditions (de cet accueil) font l’objet de négociations entre le greffe de la cour et les autorités belges », a indiqué Karl Lagatie, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La Belgique, voisine des Pays-Bas où se trouve le siège de la Cour pénale internationale, était citée comme destination potentielle pour M. Gbagbo après son acquittement.

Que pensez-vous de cet article?