Centrafrique: un accord de paix en vue

Centrafrique: un accord de paix en vue

Un accord de paix entre le gouvernement et les groupes armés de Centrafrique a été « obtenu » samedi à Khartoum, a annoncé le gouvernement centrafricain sur son compte Twitter.

« Un accord de paix a été obtenu à l’instant à Khartoum« , indique le gouvernement en affirmant qu’il « devrait être paraphé demain » dimanche et signé « à Bangui dans quelques jours ».
Cet accord a été confirmé par le commissaire de l’Union africaine (UA) à la paix et la sécurité, Smaïl Chergui, qui a tweeté qu’il avait été obtenu par « le gouvernment et les 14 groupes armés » représentés aux négociations de Khartoum.
Il a cependant ajouté: « Nous sommes en train d’affiner le projet d’accord dont la quasi-totalité des dispositions est acceptée de part et d’autre« .
« Nous nous félicitons qu’un consensus ait été trouvé sur les points de blocage qu’étaient l’amnistie et un gouvernement inclusif« , a de son côté déclaré Aboubakar Sidik, un porte-parole de l’un des principaux groupes armés, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC).
Les pourparlers de paix de Khartoum, qui avaient débuté le 25 janvier, avaient été suspendus jeudi à cause de désaccords, en particulier sur la question de l’amnistie des responsables de crimes et d’exactions.
Sous la pression de ses partenaires occidentaux, Bangui a toujours refusé une amnistie des chefs de guerre dont plusieurs sont sous sanctions onusiennes ou cités pour violations des droits de l’homme dans des rapports d’ONG.
L’initiative de paix de Khartoum n’a pas mis fin à toutes les violences sur le terrain. Depuis le 24 janvier, le groupe armé Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) a mené plusieurs attaques dans la préfecture de la Ouaka, dans le centre du pays.
Présence russe
Sept accords de paix ont déjà été signés depuis le début de la crise centrafricaine, fin 2012, sans qu’aucun n’arrive à ramener la stabilité.
La Centrafrique, ancienne colonie française classée parmi les pays les plus pauvres au monde, est cependant riche en diamants, or et uranium. Les groupes armés s’y affrontent pour le contrôle de ces richesses. Ils s’opposent régulièrement aux quelque 12 000 soldats et policiers de la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) qui tente en vain d’empêcher les violences. Depuis un an, la Russie a fait une entrée remarquée en Centrafrique en livrant des armes aux Faca et en assurant la sécurité du président Faustin Archange Touadéra.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos