Maroc: 14e report du procès de sept journalistes et militants des droits humains

Maroc: 14e report du procès de sept journalistes et militants des droits humains

Le procès de sept journalistes et défenseurs des droits humains au Maroc, poursuivis pour « atteinte à la sécurité de l’Etat », a été ajourné mercredi pour la 14e fois. Cette nouvelle audience dans le procès de ces sept personnes, dont l’historien Maati Monjib, s’est tenue mercredi après-midi devant le tribunal de première instance de Rabat, avant d’être immédiatement reportée au 24 avril.

Depuis l’ouverture du procès en novembre 2015, pour lequel les accusés comparaissent libres, chaque audience dure quelques secondes avant d’être aussitôt reportée.

Mercredi, la décision d’un nouvel ajournement a été prise du fait de l’absence de certains accusés. Parmi eux, deux sont désormais établis en France, où ils disent avoir effectué une demande d’asile politique.

Les sept accusés sont poursuivis pour « atteinte à la sécurité de l’Etat » et pour de présumées irrégularités financières concernant un centre de recherche en communication dont M. Monjib était gestionnaire.

Ils encourent des peines allant de un à cinq ans de prison, et de lourdes amendes.

« Cette 14e rencontre avec les juges a pour but de nous fatiguer, de nous montrer qu’il y a une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes », a déclaré l’historien et défenseur des droits humains, Maati Monjib.

« Chaque audience est accompagnée d’une campagne de dénigrement et de diffamation dans certains médias », a-t-il déploré.

Les sept journalistes et militants ont reçu le soutien de plusieurs organisations internationales de défense des droits humains ou de la liberté de la presse, qui ont demandé l’abandon des charges.

Ce procès est « inquiétant pour la liberté d’expression au Maroc », a dénoncé Amnesty International, en demandant aux autorités d' »abandonner les charges ».​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos