Algérie: décès du président du Conseil constitutionnel à trois mois de la présidentielle

Algérie: décès du président du Conseil constitutionnel à trois mois de la présidentielle

Le président du Conseil constitutionnel algérien, Mourad Medelci, est décédé lundi à Alger, à trois mois de la présidentielle prévue le 18 avril, que l’institution qu’il dirigeait est chargée de valider. En fonction depuis septembre 2013, M. Medelci est décédé à 76 ans « des suites de maladie », a indiqué sans autre détail l’agence étatique APS.

Il a été inhumé lundi après-midi à Alger, en présence de plusieurs hautes personnalités, notamment du président du Conseil de la Nation (chambre haute), Abdelkader Bensalah, du président de l’Assemblée populaire nationale (APN, chambre basse), Mouad Bouchareb, et du Premier ministre Ahmed Ouyahia, selon l’APS.

Composé de 12 membres, le Conseil constitutionnel algérien est chargé de valider les candidatures à la présidentielle, de contrôler la régularité du scrutin et d’en proclamer les résultats définitifs.

Il doit désormais se réunir autour du vice-président pour « prendre acte » du décès de M. Medelci. « Le président de la République en est immédiatement informé », stipule le texte régissant son fonctionnement.

Le vice-président assure l’intérim de la présidence jusqu’à la désignation d’un nouveau titulaire, dans les 15 jours de la notification du décès au chef de l’Etat, selon ce même texte qui précise que le Conseil peut statuer tant qu’au moins dix de ses membres sont présents.

« Le décès de M. Medelci n’aura aucun impact sur l’opération de dépôt des dossiers de candidatures (à la présidentielle) et sur l’organisation du scrutin en général », a assuré à l’AFP, Smaïl Maaraf, professeur de droit à l’université d’Alger.

Quatre des membres du Conseil, dont son président et son vice-président, sont nommés par le chef de l’Etat, deux sont élus par chacune des deux chambres du Parlement, deux par la Cour suprême, et deux par le Conseil d’Etat.

De juin 2007 à sa nomination à la tête du Conseil Constitutionnel, Mourad Medelci était ministre des Affaires étrangères. Il avait auparavant occupé plusieurs postes ministériels (Commerce et Finances notamment), puis un poste de conseiller auprès de la présidence de la République.

Les candidats à la présidentielle du 18 avril ont jusqu’au 3 mars à minuit pour déposer leur dossier au Conseil constitutionnel qui dispose ensuite de dix jours pour statuer sur la validité.

Pressé depuis plusieurs mois par son camp de se présenter, le président Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, au pouvoir depuis 1999, n’a pas encore fait part de ses intentions.

Son principal adversaire lors des présidentielles de 2004 et 2014, Ali Benflis, a annoncé vouloir se présenter, tout en laissant la décision finale à l’Avant-Garde des Libertés, son parti.

Le Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), principal parti islamiste qui a quitté la coalition soutenant M. Bouteflika, a décidé samedi de présenter son président Abderrazak Makri.​

Que pensez-vous de cet article?