Félix Tshisekedi a prêté serment en présence d’un seul homologue

Félix Tshisekedi a prêté serment en présence d’un seul homologue

Par Marie-France Cros.

Félix Tshisekedi, qui a obtenu 16,93% des votes à la présidentielle du 30 décembre, selon la Conférence des évêques, et 38,5%, selon les chiffres officiels, a prêté serment jeudi à Kinshasa en présence d’un seul de ses homologues, le président du Kenya, Uhuru Kenyatta. Etaient également présents les vice-Présidents de Tanzanie, Namibie et du Zimbabwe; le deuxième vice-Président du Burundi; les ministres des Affaires étrangères d’Angola, du Congo-Brazzaville, du Gabon; le ministre de l’Eau et Ressources hydrauliques d’Egypte, celui du Développement et des PME d’Afrique du Sud et le président de la Chambre des Représentants du Maroc. L’Union européenne et les Etats-Unis étaient représentés par leurs ambassadeurs. L’absence de l’Eglise catholique a été remarquée.

Une foule importante s’était déplacée, notamment devant l’hôtel Béatrice, place de la Gare, qui est devenu le quartier général de Félix Tshisekedi depuis sa proclamation comme vainqueur de la présidentielle par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante). Cette dernière n’a toujours pas produit les résultats électoraux bureau de vote par bureau de vote comme le requiert la loi, ce qui prolonge les « sérieux doutes » internationaux sur la conformité des résultats qu’elle a proclamés avec la vérité des urnes.

Kamerhe et Shadary font le V de la victoire

Vital Kamerhe, qui avait – comme Félix Tshisekedi – rompu sa promesse de travailler pour le candidat unique élu par les chefs de l’opposition, Martin Fayulu (crédité de 62,11 % par la mission d’observation électorale de la Conférence des évêques), et a fait campagne avec le président de l’UDPS, était évidemment présent à la cérémonie de prestation de serment de ce dernier. Selon les informations de La Libre Afrique, il s’est assis à côté d’Emmanuel Ramazani Shadary, candidat kabiliste malheureux à la Présidence; les deux hommes ont fait ensemble le V de la victoire.

Félix Tshisekedi a juré « solenellement devant Dieu et la Nation d’observer et de défendre la Constitutions et les lois de la république ». De « ne se laisser guider que par l’intérêt général et le respect des droits de la personne humaine » et « consacrer toutes ses forces à la promotion du bien commun et de la paix ». Il a aussi appelé Martin Fayulu et Ramazani Shadary à le rejoindre et évoqué son souhait de voir adopter une nouvelle loi électorale.

Malaise de Tshisekedi

Ce discours a été interrompu un quart d’heure, en raison d’un malaise de l’orateur. « Un célèbre dirigeant de notre pays avait dit en son temps « comprenez mon émotion », a expliqué Félix Tshisekedi en reprenant la parole, allusion à la célèbre formule utilisée par Mobutu lorsque les larmes l’obligèrent à suspendre une minute son discours annonçant la fin du parti unique, le 24 avril 1990. Expliquant cette interruption par les fatigues de la campagne électorale, Felix Tshisekedi s’en est excusé « auprès du Président de la République », un Joseph Kabila impassible sous ses lunettes solaires et sa moustache. Le président sortant s’était en effet complètement rasé le matin même, sauf la moustache. Signe des temps? Les observateurs ont remarqué qu’il préfère arborer un visage velu quand ça va mal et glabre quand les choses vont mieux pour lui.

Que pensez-vous de cet article?