RDC : cas d’Ebola à Aketi (Bas-Uélé)

RDC : cas d’Ebola à Aketi (Bas-Uélé)

Une épidémie de fièvre hémorragique Ebola s’est déclarée dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où elle a fait trois morts depuis le 22 avril, a annoncé vendredi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans un communiqué.

Selon l’OMS, l’épidémie touche une zone de forêt équatoriale dans la province du Bas-Uélé, frontalière de la Centrafrique. Les échantillons envoyés à Kinshasa ont été anaysés et les conclusions de l’Institut national de Recherche Biomédical sont sans discussion : « il s’agit bien de maladie d’ebola ».

Un message a été envoyé à l’attention des voyageurs en partance sur l’axe Kisangani et Buta mettant en garde : « La maladie vient d’être confirmée à Aketi ».

La dernière épidémie d’Ebola en RDC remonte à 2014. Rapidement circonscrite, elle avait fait officiellement 49 morts.

Ce vendredi en fin de matinée, la rumeur a traversé Kinshasa qu’un cas d’Ebola avait été découvert à l’hôpital Mama Yemo, déclenchant  un mouvement de panique qui a poussé le Ministre de la santé, le docteur Oly Ilunga Kalenga, à sortir un communiqué pour calmer les esprits, tout en confirmant que « 9 cas » avaient été « notifiés dans la zone de anté de Likati, territoire d’Aketi, dans la province de Bas-Uélé », .entraînant 2 décès. Et de poursuivre : « des cinq échantillons de sang prélevés chez les cas suspects et analysés à l’INRB ce jeudi 11 mi 2017, un s’est révélé positif au virus Ebola sérotype Zaïre par RT-PCR. « . Et de poursuivre en expliquant : « notre pays doit faire face à l’épidémie d’Ebola qui constitue une urgence de santé publique de portée internationale ».

« Rien n’est prêt à Kinshasa »

Le ministre se veut toutefois confiant en expliquant queil s’agit de la « 8e épidémie de cette nature », et de se prévaloir d’une légèreté surprenante en affirmant « celle-ci ne devrait pas ébranler nos populations ».

« Le vrai souci », explique  à La libre Afrique un député de Kinshasa, « c’est que la capitale, une ville de 12 millions d’habitants, ne dispose d’aucun plan de mise en quarantaine. Le service de protection civile est inexistant. Et n’oubliez pas que nous avons une autre capitale juste de l’autre côté du fleuve. Une épidémie contagieuse à Kinshasa, sans vouloir jouer les Cassandre, serait un danger pour toute la région ».

Que pensez-vous de cet article?