Move With Africa: faire de l’interculturalité un outil pour développer le vivre ensemble

Move With Africa: faire de l’interculturalité un outil pour développer le vivre ensemble

C’est l’histoire d’un projet né presque par hasard au détour d’une école, d’un couloir, d’une classe… C’est l’histoire d’un projet qui prend son essor dans la banalité quotidienne d’un cours donné à un petit groupe d’élèves animateurs socioculturels et sportifs. Le concept même du métier d’animateur, analysé pendant la leçon ce jour-là,  fait émerger des avis, des idées et des représentations idéalistes  ayant pour thèmes «  l’échange interculturel , la solidarité entre les hommes, le devoir d’empathie envers les autres êtres humains, la lutte contre les préjugés et les stéréotypes ».

Peut-être que ce projet n’aurait jamais vu le jour dans une autre école que la nôtre où se côtoient journellement des jeunes de plus de vingt nationalités ou origines différentes, où chacun apprend à connaître et à respecter les avis, les croyances et les convictions de l’autre, où l’échange est basé sur l’acceptation de la différence, où toutes les énergies se cristallisent pour une réussite commune.

Cet état d’esprit nous pousse à la réflexion au sein de la société et  offre la possibilité à un groupe de jeunes de pays différents, de parcours de vie différents de se rencontrer, discuter , travailler et échanger tous ensemble sur une thématique « L’interculturalité »  qui présente soudain un intérêt mutuel.

À partir de ces échanges , un but commun se construit peu à peu et de ce but, se concrétise un projet.

Mais avant tout , comment mettre un projet en place sans se poser les bonnes questions sur les préjugés et les stéréotypes ?

Tous les jours, nous sommes confrontés à des jugements figés , fondés sur des idées reçues, que l’on appelle «  Stéréotypes ». Tous les êtres humains utilisent ce mode de pensée , qui n’a pourtant aucun fondement . Nous nous sommes rendus compte que ces stéréotypes ne sont pas vrais; pourtant nous les utilisons , nous les répétons , nous en fabriquons, sans le vouloir, alors que nous savons pertinemment qu’il peut être dangereux de les utiliser.

Mais pour aller plus vite, la société utilise les connaissances acquises dans notre culture/environnement pour classer et ranger ensemble les informations que nous recevons par nos sens dans des catégories qui simplifient, c’est ce qu’on appelle la catégorisation.  Grâce aux catégories que l’on fabrique, on peut reconnaître plus ou moins rapidement les objets, les situations, les personnes qui nous entourent, mais cette perception simplifie et radicalise les situations et donc réduit les individus à des images sans profondeur.

Il est important de prendre conscience de toutes ces situations problématiques et de faire émerger une prise de conscience des plus jeunes :  Faire prendre conscience que les gens sont égaux et peuvent vivre ensemble quelles que soient  leur culture , leurs  origines et leurs valeurs.

Notre  démarche se construit  sur les principes suivants :

Prendre le temps d’apprendre à connaitre les autres avant de les juger, ne pas s’arrêter juste aux apparences, avoir le réflexe de toujours chercher (si on ne connait pas personnellement) un contre-exemple avant de véhiculer une idée sur une catégorie de personnes, ne pas laisser des personnes dans l’isolement, ignorer ceux qui disent des choses blessantes, prendre conscience que c’est ceux qui tentent de nous inférioriser qui ont un problème et pas nous, prendre conscience que les stéréotypes et les préjugés sont construits et véhiculés par notre société et n’ont aucun fondement, qu’ ils ne veulent rien dire et qu’il ne faut pas leur accorder de l’importance…

Cette base de réflexion va nous permettre de mettre en place un projet qui nous tient à cœur au travers d’animations sportives, culturelles et sociales au Bénin.

Nous avons, en effet, au fil de ce travail collectif sur nous-mêmes, senti naître la « nécessité » de mettre cette dynamique de groupe en pratique. Nous avons donc décidé d’élaborer un projet qui va nous permettre d’œuvrer ensemble  sur le terrain pour concrétiser notre réflexion.

Nous voulons démontrer qu’il est possible de dépasser les concepts pour « réaliser »  l’interculturalité, le partage et l’échange de cultures…Nous voulons prouver par notre action en Afrique que des mots tels que « solidarité », « entraide », « fraternité » ne sont pas vides de sens

        Les élèves de la section animation du CECS La Garenne.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos