RDCongo: 350 députés FCC, 48 Cash et 80 Lamuka, selon la Ceni: les sortants les plus connus

RDCongo: 350 députés FCC, 48 Cash et 80 Lamuka, selon la Ceni: les sortants les plus connus

Les protestations se multiplient, en République démocratique du Congo (RDC), devant les résultats officiels diffusés par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante). Après ceux de la présidentielle, ce sont ceux des législatives qui font grincer les dents.

On sait que Martin Fayulu, candidat à la présidentielle de la coalition d’opposition Lamuka, a déposé samedi un recours contre l’annonce faite par la Ceni que Félix Tshisekedi avait remporté la présidentielle par 684.281 voix d’avance sur lui, un résultat qui « ne correspond pas », a dit l’Eglise, aux relevés des résultats par les observateurs de la société civile, dont les 40.000 déployés par l’Eglise. Celle-ci avait fourni à ceux qui en étaient dépourvus des milliers d’appareils téléphoniques capables de photographier les résultats affichés dans les bureaux de dépouillement à l’idssue de celui-ci.

L’Union européenne a demandé à la Ceni de publier ses résultats bureau par bureau, ce qui n’a pas encore été fait jusqu’ici. Cela permettrait de comparer les surprenants résultats de la Ceni avec les photographies de résultats récoltées par l’Eglise.

Les Legas récusent Kokoyangi

Si la présidentielle a focalisé l’attention jusqu’ici, les résultatst des provinciales et législatives nationales suscitent, eux aussi, des protestations. La communauté Lega (ethnie présente principalement au Maniema) de Pangi a ainsi protesté contre l' »élection »,  annoncée par la Ceni, d’un poids lourd du gouvernement sortant, Joseph Kokonyangi, ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat réputé pour sa propension aux insultes, selon les Legas, rapportait lundi Africa News. Selon cette source, c’est Moïse Mussa Kabwankubu qui a été élu, « selon les statistiques obtenues de sources internes à la centrale électorale », suivi par Athanase Matenda.

RDC: un ministre dénonce une « attaque » avec… des chapelets

Le même journal publie la liste des 485 « élus » de l’Assemblée nationale; 15 sièges sont encore à pourvoir pour les circonscriptions de Beni, Butembo et Yumbi, toutes largement pro-Fayulu, qui ont été privées de scrutins le 30 décembre – pour diverses raisons qui n’ont pas convaincu l’opinion congolaise – et devraient voter en mars, à une date non encore fixée. Parmi ces 485 personnes, 350 siégeront au nom du Front commun pour le Congo, coalition kabiliste dont le candidat Ramazani Shadary, arrive largement derrière Tshisekedi et Fayulu, même dans les résutlats officiels.

Dans la liste des « élus » fournie par la Ceni, Cash, la coalition soutenant Tshisekedi, ne récolterait que 48 sièges (contre 41 dans l’Assemblée nationale sortante, issue des élections de 2011 jugées « non crédibles » par les observateurs) et Lamuka 80. Il n’y aurait que 50 femmes et 33 partis et regroupements politiques.

Eliminés de la liste publiée par la Ceni

Parmi les éliminés de la liste publiée par la Ceni, on repère notamment Samy Badibanga, indique Africa News; l’homme est passé de l’UDPS au camp kabiliste pour devenir brièvement Premier ministre, de novembre 2016 à avril 2017, le temps que le président hors mandat Joseph Kabila n’en ai plus besoin. On note aussi plusieurs ministres du gouvernement sortant: Modeste Bahali, ministre d’Etat au Plan; Pierre Kangudia, ministre du Budget; Jean-Pierre Lisanga, ministre d’Etat en charge des Relations avec le Parlement; Marie-Ange Mushobekwa, chargée des Droits de l’homme; Emery Okundji, ministre sortant des Postes et Télécoms; Me Lumeya Dhu Malegi, ministre des Affaires foncières; Basile Olongo, vice-ministre de l’Intérieur.

Exit également Justin Bitakwira, ministre du Développement rural, qui avait pourtant payé de sa personne, à la veille d’un meeting électoral du dauphin de Kabila à Uvira, en menaçant la population soutenant les adversaires de Ramazani Shadary: « Tous ceux qui sont pour les autres candidats, il faut dire au revoir à votre père et à votre mère. Parce que vous n’êtes pas sûrs de rentrer à la maison ce jour-là ».

Ne sont pas repris non plus dans la liste de la Ceni Théodore Mugalu, chef de la Maison civile du Président sortant depuis 2003 (celui qui s’occupe d’administrer les fonds publics versés au chef de l’Etat ainsi que des questions touchant à la famille de celui-ci); Marcellin Cishambo, ex-gouverneur du Sud-Kivu et ex- conseiller de Joseph Kabila; Kin Kiey Mulumba, thuriféraire de Joseph Kabila avec son association « Kabila Désir » – qui prônait de maintenir le chef d’Etat au pouvoir malgré l’interdiction de ce troisième mandat par la Constitution – puis candidat à la présidentielle du 30 décembre dernier avant de se rallier in extremis à Félix Tshisekedi.

Werrason et Lexxus Legal non élus, selon la Ceni

Sortis également les députés nationaux Godefroid Mayobo, bras droit de l’ex-Premier ministre Antoine Gizenga (PALU) allié de Kabila, et Germain Kambinga, transfuge du MLC (parti de Jean-Pierre Bemba), qui avait entamé en Europe une tournée de propagande en faveur de Joseph Kabila dix semaines avant la date légale de son départ de la tête de l’Etat (19 décembre 2016)  – où ce dernier s’était incrusté.

Parmi ceux qui ont échoué à se faire élire, s’il faut en croire la liste officielle de la Ceni, figurent également le chanteur Werrason, candidat de la coalition kabiliste FCC à Kikwit (Kwilu, ouest) et à Kimbanseke (Kinshasa), et le rappeur Lexxus Legal, candidat de l’opposition pro-Fayulu à Lukanga (Kinshasa). de même qu’une demi-douzaine d’autres artistes, moins connus.

Dans cette vidéo, le ministre kabiliste Kokonyangi avait exprimé avec véhémence sa déception que l’opposition ait choisi Martin Fayulu pour candidat unique, le 11 novembre dernier, et non Félix Tshisekedi. Ce dernier avait, dès le 12 novembre, trahi sa promesse de soutenir celui qui serait choisi comme candidat unique.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos