RDCongo: la tension monte à Kinshasa

RDCongo: la tension monte à Kinshasa

Par Marie-France Cros.

La tension montait, mardi 8 janvier à Kinshasa, alors que circulait la rumeur d’une prochaine annonce de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante).

Dès le milieu de la journée, le centre de Kinshasa – et singulièrement le quartier de La Gombe, où siègent de nombreuses entreprises – a commencé à se vider. Plusieurs d’entre elles, dont Vodacom (télécoms) ont donné à leurs employés l’instruction de quitter les bureaux à 15h. C’est l’heure à laquelle la Ceni, disait-on, allait faire une annonce qui pourrait occasionner des troubles – et chacun d’imaginer que « tomberaient » enfin les résultats des scrutins du 30 décembre.

En début d’après-midi, le centre-ville était quasi-désert et un hélicoptère militaire le survolait, ont indiqué plusieurs sources à La Libre Afrique.be. Et la nouvelle avait traversé le pays, tant et si bien qu’à 17h locales, beaucoup de personnels attendaient avec anxiété les nouvelles de Kinshasa.

Dans plusieurs entreprises, des plans « de sécurité » sont déjà en place depuis le début de la campagne électorale. La coupure d’internet, le 31 décembre, prolongée jusqu’à aujourd’hui, complique cependant les procédures de sécurité, qui prévoient souvent des messages SMS « en pryramide »: sans internet, pas de SMS et il faudra donc téléphoner à chacun des employés pour donner les instructions. Selon deux sources contactées par La Libre Afrique, il est prévu, dès l’annonce des résultats électoraux, que chacun rentre chez soi et y reste jusqu’à instruction contraire.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos