RDC: « Il faut publier les résultats, même s’ils ne plaisent pas au pouvoir »

RDC: « Il faut publier les résultats, même s’ils ne plaisent pas au pouvoir »

« L’important, aujourd’hui, c’est de publier les résultats des élections en République démocratique du Congo (RDC), même s’ils ne plaisent pas au pouvoir », a affirmé lundi matin le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), interrogé dans Matin Première sur la RTBF. « On espère une annonce dans les prochains jours », a-t-il ajouté en évoquant « les inquiétudes » que suscitent les résultats de ces élections organisées le 30 décembre dernier, « après plus de deux ans d’attente ». « On n’a pas pu mettre en place d’observation internationale réelle. Il y a eu un peu d’observation africaine via l’Union africaine et surtout de l’observation interne », a noté M. Reynders.

Dimanche soir, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) chargée de la proclamation des résultats a confirmé qu’elle ne pouvait rien annoncer pour le moment.

« Il y a, à l’heure actuelle, une pression internationale très forte. Les résultats doivent être publiés et ils doivent être conformes aux votes exprimés par la population. Mais c’est d’abord en RDC et dans la région que les choses doivent bouger », a poursuivi le ministre des Affaires étrangères.

« Il faut respecter la constitution en République démocratique du Congo comme ailleurs et donc donner aux Congolais la possibilité de choisir leur dirigeant. Pour ce faire, il fallait organiser des élections puis la transition, ce qui passe aussi par des mesures de sécurité pour les élus sortants », a-t-il encore dit.

Enfin, la Belgique – qui a notamment renforcé sa présence au Congo Brazzaville – ne dispose, pour l’heure « d’aucune information concernant des menaces sur les expatriés, quelle que soit leur nationalité » même si « on craint toujours des incidents », a conclu Didier Reynders.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos