Algérie: la reconduite des migrants à la frontière relève de la « sécurité nationale »

Algérie: la reconduite des migrants à la frontière relève de la « sécurité nationale »

Le ministère algérien de l’Intérieur a réagi vendredi aux « préoccupations » de l’ONU sur le sort d’une centaine de ressortissants de pays arabes « portés disparus » après avoir été conduits vers la frontière du Niger, estimant qu’il s’agit d’une « question de sécurité nationale ». « Les décisions prises par les pouvoirs publics au sujet des migrants arabes l’ont été en exécution de décisions de justice », a indiqué à l’AFP Hacen Kacimi, directeur chargé de la migration au sein du ministère de l’Intérieur. « Aucune partie, quel que soit son statut, ne peut interférer dans la mise en oeuvre d’une décision de justice », a-t-il ajouté.

Plusieurs de ces personnes sont soupçonnées d’avoir des liens avec des groupes « djihadistes », selon les autorités algériennes.

Jeudi, le Haut commissariat pour les réfugiés de l’ONU (HCR) s’est dit « préoccupé par la sécurité des personnes vulnérables originaires de Syrie, du Yémen et de Palestine qui seraient bloquées à la frontière avec le Niger ».

Le groupe est composé d' »environ 120 Syriens, Palestiniens et Yéménites » qui avaient été « détenus au centre de Tamanrasset dans le sud de l’Algérie, avant d’être conduits vers une zone proche du poste-frontière de (In)Guezzam, le 26 décembre », selon le communiqué du HCR.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos