RDC : Echange de tirs à Butembo et Béni, manifestation à Kasindi

RDC : Echange de tirs à Butembo et Béni, manifestation à Kasindi

Le Nord-Kivu ne digère pas d’être privé de vote ce dimanche 30 décembre. Depuis mercredi, les habitants des circonsciptions de Butembo et de Beni savent que la Commission électorale nationale indépendante les a privés du passage par les urnes. Les scrutins sont ici reportés au mois de mars 2019. Une situation qu’ils n’acceptent pas.

Jeudi, déjà, des manifestations ont émaillé toute la journée. Ce vendredi, à Beni, la population est redescendue dans les rues de la ville pour crier sa colère. « On ne peut pas nous priver de nos élections. Cela fait quatre ans au moins que l’Etat ne se préoccupe plus de nous, qu’il ne fait rien pour nous aider face aux attaques des rebelles que nous subissons sans cesse. Notre quotidien, c’est l’enfer », explique notre interlocuteur depuis Beni.

Des coups de feu se font entendre. « Ca tire depuis au moins 10 heures du matin. Les manifestants ont un peu reculé avant de repartir de l’avant. Les forces de l’ordre reculent, elles ne vont pas pouvoir faire face très longtemps. La colère est indescriptible. On veut voter. On veut des élections. On veut en finir avec Kabila et les siens. Il faut du changement. S’il faut mourir, on est prêt. Mais on ne peut plus continuer comme ça ».

Dans les rangs de la Lucha, on dénombre 8 arrestations et quatre blessés par balle.

A Butembo aussi, les affrontements s’intensifient. Des manifestants ont dressé des barrages. « Les jeunes de la Lucha sont aux avant-postes et la population est déterminée », nous explique un témoin qui parle lui aussi de tirs nourris. « J’ai vu des gens en sang transportés par des manifestants. Si on nous prive du vote, on ne va pas arrêter de manifester. On ne va pas se laisser confisquer le résultat de cette élection. »

A Kasindi, un peu plus à l’est, sur la frontière avec l’Ouganda, la population est aussi descendue dans la rue. Elle cible les symboles de l’Etat et a bouté le feu aux affichent du tandem Tshisekedi-Kamerhe. « Il ne nous ont pas défendus. Ils sont d’accord avec le pouvoir pour nous considérer comme des sous-Conglolais qui n’ont pas de droit de vote. »

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos