Mauritanie/Sénégal: nouveaux accords pour concrétiser l’exploitation commune du gaz

Mauritanie/Sénégal: nouveaux accords pour concrétiser l’exploitation commune du gaz

Les gouvernements mauritanien et sénégalais ont signé vendredi à Nouakchott de nouveaux accords gaziers, les « derniers nécessaires » avant le lancement de l’exploitation d’un important champ gazier marin à la frontière entre les deux pays à l’horizon 2022.

En février, Nouakchott et Dakar avaient déjà signé un accord de coopération internationale (ACI) portant sur l’exploitation du gisement de gaz du Grand-Tortue-Ahmeyin (GTA) et réglant le « développement de l’exploitation et le partage des ressources, ainsi que les conditions de règlement des litiges ».

Les deux voisins ont franchi une étape supplémentaire vendredi en s’entendant sur la « fiscalité applicable aux sous-traitant » de ce projet transfrontalier, l’accord de financement des deux compagnies nationales (Petrosen côté sénégalais et la SMHPM côté mauritanien), la commercialisation du gaz naturel liquéfié, ou encore l’autorisation d' »exploitation » d’un projet qui était jusqu’à présent dans sa phase « exploration », selon un communiqué du ministère sénégalais du Pétrole et des Energies.

La signature de ces nouveaux accords, par les ministres mauritanien et sénégalais chargés du pétrole et du gaz, a eu lieu en présence des chefs d’Etat des deux pays, Mohamed Ould Abdel Aziz et Macky Sall, et des représentants du britannique British Petrolium (BP) et de l’américain Kosmos Energy, en charge du projet d’exploitation, a constaté un correspondant de l’AFP.

La construction des installations d’exploitation devrait démarrer au début de l’an prochain et les premiers mètres cubes de gaz être livrés en 2022, selon un communiqué de BP.

Le montant des investissements et leur répartition entre les partenaires privés et publics n’ont pas été précisés.

Ils engagent la Société mauritanienne des hydrocarbures et du patrimoine minier (SMHPM) et Petrosen, « en tant que membres de l’association des contractants », à « participer aux investissements pour la construction des installations de production », selon le communiqué.

Le montant des investissements et leur répartition entre les partenaires privés et publics n’ont pas été précisés.

Le gisement de GTA a été découvert en 2015 par Kosmos Energy. Le projet doit, selon BP, permettre de produire 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié en moyenne par an.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos