Législatives au Togo: un scrutin sans heurts, boycotté par 14 partis d’opposition

  • Dans Togo
  • 21 décembre 2018
  • AFP
  • 840 Vues
Législatives au Togo: un scrutin sans heurts, boycotté par 14 partis d’opposition

Les Togolais se sont rendus aux urnes jeudi dans le calme et sous forte présence militaire pour élire leurs députés, dans un scrutin boycotté par 14 partis d’opposition et dont les résultats devraient voir le parti au pouvoir très largement vainqueur. A Lomé, les rues sont restées extrêmement calmes tout au long de la journée. L’affluence dans les bureaux de vote dépendait surtout des quartiers, selon qu’ils soient ou non favorables à l’opposition.

Des photos montrant des bureaux de vote tantôt vides, tantôt avec de longues file d’attente, selon les camps, s’échangeaient tout au long de la journée sur les réseaux sociaux.

Boycotté par les principaux partis de l’opposition, qui n’ont présenté aucun candidat, le scrutin devrait permettre au parti au pouvoir UNIR de remporter les 4/5 des sièges au parlement où il pourrait alors faire passer une réforme constitutionnelle autorisant le président Faure Gnassingbé de se représenter en 2020 et 2025.

Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, a succédé dans la violence à son père, le général Eyadema Gnassingbé, qui a dirigé le pays d’une main de fer pendant 38 ans.

La journée de vote s’est déroulée sans heurts, sous l’oeil de 8.000 personnels de sécurité (gendarmes, policiers et militaires), alors que l’opposition avait demandé à ses partisans « d’empêcher » les élections.

Pour l’instant, aucun incident majeur n’a été enregistré, à l’exception de bulletins et d’urnes brûlés dans un bureau de vote de Kpalimé, à 120 kilomètres au nord de Lomé.

Les dépouillements ont commencé comme convenu à partir de 16 heures.

L’opposition reproche au pouvoir d’avoir organisé « les élections législatives par un organe uniquement composé de représentants au pouvoir afin de conduire le processus électoral de manière unilatérale et de favoriser un énième hold-up électoral ».

181 observateurs internationaux composés essentiellement de membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ou de l’Union africaine, ainsi que près de 3.000 observateurs nationaux ont été déployés dans le petit pays d’Afrique de l’Ouest.

Depuis plus d’un an, l’opposition multiplie les marches de protestation pour demander la démission du président Faure Gnassingbé et la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels.

Les manifestations des 8 et 10 décembre ont fait au moins quatre morts – six selon l’opposition – tués par balles à Lomé et Sokodé.

Les résultats devraient être annoncés « dans les six jours selon le code électoral », a annoncé la présidence.​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos