RDC : Des candidats obligés de risquer leur vie pour mener campagne

RDC : Des candidats obligés de risquer leur vie pour mener campagne

C’est désormais un secret de Polichinelle, le pouvoir du président hors mandat Joseph Kabila concentre toute son attention et sa répression contre la plateforme Lamuka.

Martin Fayulu, le candidat à la présidence de cette plateforme en sait quelque chose, lui qui a déjà essuyé des tirs de grenades lacrymogènes mais aussi de balles réelles, qui a dû négocier des heures durant pour obtenir la validation de ses plans de vols, quand il n’a pas été contraint d’annuler purement et simplement un de ses meetings, à Kolwezi, parce que les autorités de l’administration de l’aviation civile ne l’autorisaient pas à y atterrir.

Mais le candidat à la présidence n’est pas le seul chez Lamuka à subir cet acharnement. Christian Mwando, candidat député national, s’est retrouvé bloqué à Kalemie. Soit il patientait dans cette ville, soit il poursuivait sa campagne en utilisant d’autres moyens. Le candidat député a déidé de louer un hors-bord pour foncer à Moba, autre ville du Tanganyika où il était attendu. Il aura fallu plus de quatre heures en speed-boat pour atteindre Moba, après la tombée de la nuit. Mais les habitants de ce territoire de Moba, à peine plus petit que la Begique et peuplé de plus de 650.000 habitants ont veillé tard pour attendre la candidat.

Au-delà de l’anecdote, force est de constater que les diktats de Kabila, outre qu’ils interfèrent dans la campagne des principaux opposants à son dauphin et aux candidats de sa plateforme du FCC, font courir des risques humains réels. Plus de quatre heures, pour un aller simple, sur une petite embarcation rapide sur le lac Tanganyika et ses orages incessants, la campagne électorale devient un calvaire poir nombre de candidats.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos