L’ONU sensibilise ses Etats membres à la restitution de biens culturels

L’ONU sensibilise ses Etats membres à la restitution de biens culturels

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté jeudi une résolution visant à soutenir la restitution de biens culturels à leur pays d’origine, appelant ses membres à créer des banques de données sur leur patrimoine et à mieux coopérer pour lutter contre les trafics. Intitulée « Retour ou restitution de biens culturels à leur pays d’origine », la résolution a été adoptée par consensus sans vote par les 193 pays formant l’ONU.

Elle demande « à tous les Etats membres qui sont en mesure de le faire d’aider les Etats touchés à lutter contre le trafic de biens culturels provenant de fouilles illégales pratiquées sur des sites archéologiques ou volés dans des musées, des bibliothèques, des archives et des collections de manuscrits ».

En reconnaissant une vive préoccupation face à « la persistance du trafic de biens culturels et ses effets dévastateurs sur le patrimoine culturel des nations », la résolution appelle aussi « tous les Etats membres à créer (…) des services de police spécialisés chargés exclusivement de la protection du patrimoine culturel » pour enquêter sur ces trafics.

Le texte rappelle par ailleurs la primauté de l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) dans la lutte contre le trafic. Il invite les Etats membres, agissant en coopération avec l’Unesco « à continuer de dresser systématiquement des inventaires de leurs biens culturels, notamment sous forme numérique ».

Ces derniers mois, un débat sur la restitution des objets d’art africain à leur pays d’origine a déclenché de vives passions, notamment en France, mais aussi en Afrique de l’Ouest.

Des conservateurs et des historiens ont notamment plaidé pour une meilleure « collaboration » entre pays détenteurs et pays réclamant le retour d’objets culturels.

Ce débat a notamment été marqué par l’annonce par la France de la restitution de 26 oeuvres réclamées par les autorités du Bénin, prises de guerre de l’armée française en 1892.

Dans de nombreux pays du continent africain, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Gabon, ou encore au Bénin, des plans existent pour la création de nouveaux musées ou leur inauguration prochaine, faisant de la restitution de pièces un sujet clé.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos