Fayulu accuse le pouvoir de tout faire pour reporter les élections

Fayulu accuse le pouvoir de tout faire pour reporter les élections

Par Esther N’Sapu, correspondante à l’Est de la RDC

Le candidat de la coalition Lamuka Martin Fayulu accuse le pouvoir de mettre tous les moyens en œuvre pour reporter les élections du 23 décembre 2018 en RDC.

Une déclaration faite à Goma suite à l’incendie qui a ravagé ce 13 décembre l’entrepôt de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) contenant du matériel électoral à dix jours seulement des élections.

« Comment le matériel de vote peut-ils être incendié alors que cet entrepôt est sous protection de la garde républicaine? Posez-vous la question. Sur les réseaux sociaux nous voyons des images des camions de la Ceni qui contiennent du matériel de vote dans les territoires et sont abandonnés mais personnes n’attaque ce matériel. Mais aujourd’hui, un incendie se déclare dans l’entrepôt de la CENI pour nous faire croire qu’ils ne sont pas prêts pour organiser les élections. Nous condamnons cet incendie et nous demandons une enquête internationale pour élucider les causes et le mobile de cet incendie ».

Dans un communiqué publié ce jeudi, la Ceni fait état de la perte de près de 8000 machines à voter sur les 10368, de 3774 isoloirs sur les 8887, de 552 kits bureautiques sur les 8887 mais aussi de 17901 encres indélébiles, de 800 nouvelles motos, de 15 véhicules et de près de 9500 batterie externes consumées. La CENI déplore également la perte du matériel de 2006 et 2011 ainsi que le matériel d’enrôlements.

Incendie à la Ceni, les machines brûlent mais pas le bois (vidéo)

Pour le candidat de la coalition Lamuka, le pouvoir manœuvre pour ne pas organiser les élections. « Aujourd’hui, le camp de Kabila ne veut pas organiser les élections. Ils ont trouvé des subterfuges du type machine à voter, 10 millions d’électeurs fictifs, nous avons dénoncé cela. Ils nous ont poussé à bout pensant que nous allions  boycotter les élections comme le président Tshisekedi l’avait fait en 2006. Mais nous avons dit clairement que nous ne boycotterons jamais les élections car le mot boycott n’est pas dans notre vocabulaire. Nous n’accepterons pas les élections chaotiques. Nous appelons les populations à aller voter le 23 décembre comme cela est prévu par la loi électorale ».

Interdiction de voyager à Kolwezi

Le candidat Fayulu qui séjourne encore dans la ville de Goma au Nord-Kivu, se dit choqué de voir le pouvoir lui freiner la route et l’empêcher de faire sa campagne dans les provinces et villes prévues dans son programme. Il condamne ainsi les violences autour de sa campagne et précise qu’aucun de ses militants n’a attaqué qui que ce soit.

« Après plus de trois heures d’attente à l’aéroport de Kalemie, le pilote nous dit que nous n’avons pas l’autorisation de décoller en direction de Kolwezi. On ne nous autorise que d’aller à Kinshasa, Goma et Bukavu. Le pouvoir souhaite clairement nous barrer la route et gêner notre campagne. C’est pourquoi nous sommes encore à Goma. Ils ont vu la mobilisation de la population car nous avons démontré que nous étions prêts pour aller aux élections. Nous condamnons toutes les violences autour de ma campagne. Qu’on nous laisse faire notre campagne car Lamuka ne va pas céder », a-t-il dit.

Pour rappel, le candidat de la coalition Lamuka Martin Fayulu avait été empêché d’atterrir dans un premier temps à Kindu dans la province du Maniema puis empêché de tenir son meeting à Lubumbashi et à Kalemie dans le Tanganyika.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos