RDCongo: tirs à balles réelles à Lubumbashi pour empêcher l’accueil de Fayulu

RDCongo: tirs à balles réelles à Lubumbashi pour empêcher l’accueil de Fayulu

Par Marie-France Cros.

C’est par la violence encore que les autorités congolaises ont tenté d’empêcher les partisans de Martin Fayulu de l’accueillir à Lubumbashi, mardi midi. Plusieurs sources signalent non seulement l’utilisation de gaz lacrymogènes, mais également des tirs à balles réelles. Le candidat a dû rester couché dans son véhicule pendant près de deux heures pour échapper aux tirs. Il dénonce une tentative d’assassinat.

Lubumbashi, capitale de la province du Haut-Katanga, a été secouée par la violence mardi matin, quand la police a dispersé par des gaz lacrymogènes le rassemblement de plusieurs milliers de partisans du candidat à la Présidence de la coalition d’opposition Lamuka, Martin Fayulu.

Aprement disputé

On sait que, dimanche, les autorités l’avaient empêché d’atterrir à Kindu (Maniema), supposé être le fief du candidat officiel Emmanuel Ramazani Shadary, et que, lundi, il avait reçu un accueil triomphal à Bukavu (Sud-Kivu), fief de Vital Kamerhe.

RDCongo: violences contre Fayulu: un aveu de défaite du régime

Le Katanga est âprement disputé par le régime du président hors mandat Joseph Kabila – dont la famille est originaire – aux deux ténors de la région, Moïse Katumbi – maintenu en exil forcé pour l’empêcher de se présenter à la présidentielle de ce 23 décembre – et Gabriel Kyungu, surnommé « Baba Katanga » (le père du Katanga) et coordonateur de Lamuka à Lubumbashi. Ces deux derniers sont entrés en dissidence en 2015 en raison des préparatifs de Joseph Kabila pour se maintenir à la Présidence au-delà de la fin de son dernier mandat légal, le 19 décembre 2016.

Les deux dissidents soutiennent le candidat de la coalition d’opposition Lamuka, ce qui explique le nombre de Lushois accourus à l’aéroport de la Luano, mardi matin, pour accueillir Martin Fayulu, peu connu dans cette province jusqu’à sa désignation comme candidat unique de l’opposition, le 11 novembre dernier; on sait que Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont ensuite trahi leur promesse de soutenir le candidat unique de l’opposition, pour la plus grande satisfaction du régime.

Lacrymogènes et tirs
Mardi, « des centaines de policiers armés » et des « camions anti-émeute » ont été déployés, selon la coalition d’opposition Lamuka, contre le public venu à l’aéroport. A la sortie du candidat de l’aérodrome, la répression a redoublé et, selon plusieurs témoins, des tirs à balles réelles se sont ajoutés aux gaz lacrymogènes. Martin Fayulu a dû se replier dans son véhicule et rester couché pendant près de deux heures pour échapper aux tirs. Dans l’après-midi, il a dénoncé cette « barbarie » et indiqué que les autorités avaient « essayé de (l)’assassiner ».
 
Il a assuré que Lamuka avait pourtant accepté les restrictions des autorités, qui ne voulaient pas laisser arriver son cortège au lieu du meeting mais le détourner vers la résidence privée de Gabriel Kyungu. Interpellant « la communauté internationale » et « tous ceux qui nous ont dit de mettre un bémol sur la machine à voter », le candidat les a invités à intervenir auprès « de Kabila ». « Cela ne peut pas continuer comme ça », a-t-il martelé, assurant que le régime « n’avait pas l’intention de faire les élections » mais que Lamuka irait « jusqu’au bout ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos