Afrique du Sud: une femme pour tenter de redorer le blason terni du parquet général

Afrique du Sud: une femme pour tenter de redorer le blason terni du parquet général

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a nommé mardi une femme pour diriger et tenter de redorer le blason du parquet général du pays, accusé d’avoir protégé son prédécesseur Jacob Zuma dans de multiples affaires de corruption. Ancienne procureure générale de la province du KwaZulu Natal (nord-est), Shamila Batohi était détachée depuis 2009 au parquet de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

Elle succède à Shaun Abrahams, surnommé « Shaun le mouton » pour sa proximité présumée avec M. Zuma, dont la nomination en 2015 a été invalidée pour vice de forme en août dernier.
« Je suis persuadé que (Mme Batohi) possède toutes les qualités requises pour faire une très bonne procureure générale », a estimé M. Ramaphosa en annonçant sa nomination à la presse.
« Alors que nous avons engagé le combat sur les dossiers qui inquiètent le plus les Sud-Africains, tels que la corruption et le crime, notre pays a besoin d’un parquet général au-dessus de tout soupçon », a ajouté le chef de l’Etat.
Jacob Zuma a été contraint à la démission en février dernier par son propre parti, le Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis la fin officielle de l’apartheid en 1994.
La fin de son mandat (2009-2018) à la tête du pays a été émaillée de nombreux scandales politico-financiers.
Il est également poursuivi par la justice pour avoir touché des pots-de-vin de la part du groupe de défense Thales à l’occasion d’un contrat d’armement d’un montant de près de 4 milliards d’euros attribué en 1999.
A l’époque « ministre » provincial puis vice-président du pays, l’ancien chef de l’Etat nie ces accusations.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos