Sud-Kivu : une radio réduite au silence pendant la campagne électorale

Sud-Kivu : une radio réduite au silence pendant la campagne électorale

Par Esther Nsapu, correspondante à l’Est de la RDC

Une station radio émettant à Bukavu a été scellée depuis ce mercredi 28 novembre par le parquet de grande instance de la ville. La radio Iriba FM, station communautaire de la  ville de Bukavu, province du Sud-Kivu à l’Est de la RDC est propriété d’un journaliste, aujourd’hui candidat député national pour le compte d’un parti de l’opposition. Pour Journaliste en Danger (JED), il s’agit d’une grave atteinte à la liberté de la presse et au droit à l’information.

Les responsables de cette radio communautaire, ignorent encore les raisons qui ont poussé le parquet de Bukavu à poser cet acte et pensent à un acharnement politique.

D’après les informations recueillies par JED, un officier de police judicaire, accompagné d’un groupe d’éléments de la police nationale congolaise, s’est rendu, ce mercredi vers 12 heures, dans les installations de la Radio Iriba FM où il a contraint les journalistes trouvés sur place à interrompre immédiatement la diffusion des émissions. Ensuite, ils ont scellé toutes les portes de la radio. La Directrice de la Radio Iriba FM, Prisca Bukaraba s’est rendue au parquet dans le but de connaître la raison exacte de la fermeture de son média. Elle a expliqué que le magistrat a catégoriquement refusé de citer le nom du plaignant ou le motif de la fermeture de sa radio. « Il nous a simplement dit qu’il a exécuté un ordre de sa hiérarchie », a-t-elle déclaré.

 

La direction de ce media a expliqué dans une correspondance « qu’étant donné que la direction de la radio Iriba FM n’est pas informé jusqu’à ce moment sur le pourquoi de ce scellage et ne se reproche rien, elle considère qu’il s’agit d’un acharnement, musèlement des medias mais aussi un combat politique contre le promoteur de cette station radio, aujourd’hui candidat à la députation nationale en ville de Bukavu pour le compte d’un parti politique de l’opposition ».

.  

Tchivis Tchivuadi, secrétaire général de JED, condamne avec la dernière énergie cette mesure qui réduit au silence un média de grande écoute en cette période de campagne électorale. Il demande au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) de se saisir rapidement de ce dossier pour exiger la réouverture immédiate de la radio Iriba Fm.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos