RDCongo: les évêques exhortent à « tout mettre en œuvre pour éviter une parodie d’élections »

RDCongo: les évêques exhortent à « tout mettre en œuvre pour éviter une parodie d’élections »

La Conférence des évêques du Congo (Cenco) a diffusé vendredi un message à l’issue de son assemblée plénière extraordinaire consacrée au processus électoral. Elle met en garde contre des résultats qui ne seraient pas acceptés, faute de crédibilité, ce qui plongerait le pays « dans la violence ».

 
Cette réunion extraordinaire, tenue du 20 au 22 novembre à Kinshasa, est dans la logique de « sa mission parmi les êtres humains », a souligné le président de la Cenco, Mgr Marcel Utembi, archevêque de Kisangani, mission qui avait déjà fait accepter aux évêques de patronner des négociations politiques qui avaient abouti à l’Accord de la Saint-Sylvestre 2016. Il s’agissait alors d’éviter une explosion socio-politique en raison du refus du régime Kabila d’organiser les élections dues.
 
Cet Accord de la Saint-Sylvestre avait permis à Joseph Kabila, dont le dernier mandat présidentiel légal s’était achevé le 19 décembre 2016, de se maintenir au pouvoir le temps d’organiser les élections sous le contrôle de l’opposition. Mais le régime ne s’était pas exécuté dans l’année accordée – il en faudra deux -; n’a pas libéré les prisonniers politiques ni mis fin à l’exil de politiciens en vue comme convenu; et a louvoyé pour garder le contrôle du processus électoral.
 
« Tout n’est pas perdu »
 
Le message des évêques encourage le peuple congolais: « Nous pensons que tout n’est pas perdu si nous avons un esprit patriotique et la volonté politique », tout en rappelant que « ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est l’unité de notre pays, l’intégrité de notre territoire national, la justice, la paix et l’amélioration des conditions de vie de la population ». Or la situation « a empiré » depuis le message de la Cenco de juin 2017 intitulé « Le pays va très mal. Debout Congolais ».
 
Parce que « seule la mobilisation générale de tout le Peuple peut conduire le pays à des élections crédibles et transparentes », les Congolais doivent « tout mettre en œuvre pour éviter une parodie d’élections dont les résultats ne seraient pas acceptés et qui, de surcroît, plongerait notre pays dans la violence ».
 
Limiter l’usage de la machine à voter
 
Dans cet objectif, la Cenco fait des recommandations. A la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) de rassurer le peuple en annonçant « que la machine ne sera exclusivement utilisée que pour l’identification des candidats et l’impression des bulletins de vote; de procéder uniquement au comptage manuel des voix et d’afficher les procès-verbaux (PV) dans tous les bureaux de vote et de dépouillement le même jour. Autrement elle jetterait le discrédit sur les résultats des scrutins ». La Ceni a refusé, jusqu’ici, d’envisager ces demandes; elle veut utiliser les machines à voter – dont elle a refusé que le logiciel soit audité – également pour compter les votes. Les évêques recommandent aussi à la Ceni de « faciliter les accréditations et le travail des témoins, des journalistes » et « des observateurs ».
 
Du gouvernement, la Cenco « exige le parachèvement des mesures de décrispation » prévues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre; de « sécuriser davantage » les zones « où sévissent des groupes armés », citant notamment les deux Kivu, l’Ituri et le Tangnyika; « de ne pas utiliser les agents et les moyens de l’Etat pour la campagne d’un candidat, d’un parti ou d’une plateforme politique »; de garantir la liberté d’expression et de manifester.
 
Des programmes, pas des cadeaux
 
Les evêques exhortent les partis à faciliter « le consensus sur les points de divergence » et à « dépasser l’esprit de positionnement personnel » pour « privilégier l’intérêt supérieur de la Nation ». Et les candidats à « mener la campagne dans le respect des règles établies » et convaincre l’électeur par des programmes « et non par des cadeaux ».
 
Enfin, ils demandent à la communauté internationale de privilégier « les intérêts du peuple congolais » et de « ne prendre en considération que les résultats qui soient conformes à la vérité des urnes ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos