La Renamo prolonge la trêve sine die

La Renamo prolonge la trêve sine die

La trêve militaire décrétée en décembre dernier devrait se poursuivre

Le chef de l’opposition mozambicaine, Afonso Dhlakama, a annoncé jeudi la prolongation « sans nouvelle limite » de la trêve militaire, entamée en décembre dernier, entre la faction armée de son parti, la Renamo, et les troupes gouvernementales. « J’annonce aujourd’hui une trêve sans nouvelle limite. C’est une grande nouvelle pour le peuple mozambicain », a déclaré M. Dhlakama lors d’une conférence de presse téléphonique à Maputo. « Cela ne signifie pas la fin de la guerre, mais le début de la fin de la guerre », a-t-il ajouté.

L’ancienne rébellion sanguinaire de la guerre civile mozambicaine (1976-1992) a repris les armes dans le centre du pays en 2013 pour contester la mainmise du Frelimo – le parti qui tient les rênes du pouvoir depuis l’indépendance, en 1975 – sur le pays.

Décentralisation et postes

La Renamo, qui dispose de députés au Parlement à Maputo, réclame une plus grande décentralisation de l’Etat et une meilleure intégration de ses combattants dans la police et dans l’armée.

A la surprise générale, M. Dhlakama avait annoncé une trêve unilatérale à Noël, prolongée en janvier et en mars pour permettre l’avancée des négociations avec le gouvernement, toujours en cours, à Maputo.

« Une trêve sans nouvelle limite signifie qu’il n’y a plus de coups de feu, que les personnes peuvent circuler librement, que les investisseurs, s’ils avaient encore peur, peuvent revenir », a-t-il indiqué jeudi aux journalistes par téléphone depuis les montagnes de Gorongosa (centre) où il vit retranché depuis octobre 2015.

Hormi quelques incidents isolés, la trêve est globalement respectée par les deux camps depuis le mois de décembre.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.