RDCongo : Mises au point sur la « machine à voter Shadary »

RDCongo : Mises au point sur  la « machine à voter Shadary »

Par Marie-France Cros

La vidéo qui a circulé ces derniers jours, montrant comment le choix, sur la machine à voter, en faveur d’un des candidats à la présidence, Seth Kikuni, était modifié en vote pour le candidat kabiliste, Emmanuel Ramazani Shadary, a été mal comprise – y compris par La Libre Afrique.be. Diverses mises au point ont suivi sa diffusion.

RDCongo: comment la machine pourrait voter… Shadary

La vidéo a été diffusée par un troisième candidat à la présidence, Alain Daniel Shekomba, qui se présente comme expert en informatique et est directeur général adjoint d’une importante société de téléphonie mobile en Guinée équatoriale, Muni. La Libre Afrique.be a vérifié auprès de l’équipe de M. Shekomba si celle-ci lui était bien attribuable, ce que lui a confirmé son directeur de cabinet, Claude Kazadi.

Simulation

Un point a toutefois été omis par l’équipe de M. Shekomba: il s’agissait d’une simulation, pas d’un ordre déjà programmé sur le logiciel de la machine à voter, comme semblait l’indiquer la vidéo. M. Kikuni a en effet précisé, devant le tollé suscité par cette vidéo, qu’il était le créateur du QR Code transformant un vote Kikuni en vote Shadary: « J’ai conçu ce QR Code (une simulation) que j’ai partagé avec le président Shekomba pour démontrer à la Ceni que grâce à une programmation on peut donner des instructions à la machine pour voter Ramazani Shadary à la place de Seth Kikuni même si sur papier on voit ma photo ».

La cellule Communication de la Ceni a réagi en indiquant que « le QR code des bulletins de la Ceni n’est pas utilisé pour le dépouillement », que « le dépouillement des bulletins imprimés par la MAV (NDLR: machine à voter) se fait manuellement, pas besoin d’un quelconque lecteur », et que « le QR code sur les bulletins vierges de la MAV sert à personnaliser les bulletins par circonscription ».

L’équipe de M. Sekomba a réagi à son tour, demandant pourquoi la Ceni a prévu ce QR Code, qui ne peut se lire qu’avec une application spéciale de smartphone et demeure donc invisible pour l’électeur. Et si elle devait servir à distinguer les circonscriptions et les bureaux de vote, pourquoi elle comporte des informations sur les candidats – ce qui permet de l’utiliser pour un usage frauduleux, comme le montrait la vidéo de M. Shekomba.

RDCongo: raidissement du régime Kabila à la veille des scrutins

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos