RDC : 13 candidats demandent officiellement l’invalidation de Ramazani

RDC : 13 candidats demandent officiellement l’invalidation de Ramazani

Depuis ce samedi 3 novembre, le FCC, la plateforme politique de la majorité politique qui soutient le candidat-dauphin désigné par le président hors mandat Joseph Kabila, est dans de sales draps.

En cause, la création d’une structure gigantesque composée de 40 instances et de plus de 600 personnes pour « soutenir » la candidature d’Emmanuel Ramazani Shadary.

Après avoir joué les matamors et crié sur tous les toits que cette structure était peut-être une première mondiale, les dinosaures de la majorité ont dû déchanter en constatant que certains conviés sur cette liste osaient décliner l’invitation et surtout que certains juristes congolais veillaient toujours au respect du droit.

RDCongo : La candidature de Ramazani Shadary sera-t-elle radiée?

En effet, la loi électorale interdit aux mandataires publics de s’engager dans des campagnes politiques. Logique, ce n’est pas à l’Etat de financer les candidats, même quand on est le dauphin du président sortant. Pis, comme nous vous l’indiquions dès lundi, la loi électorale est très claire et prévoit que tout Congolais  peut demander auprès de la Ceni que le candidat qui a ainsi tenté de contourner la loi et sa formation politique soient éjectés du processus électoral.

Ce mercredi, treize des candidats à la présidentielle (à l’exception notoire et notée de l’UDPS de Tshisekedi) ont signé une « déclaration en rapport aux atteintes délibérées portées contre le processus électoral par le pouvoir sortant » (A lire ci-dessous).

Dans ce courrier, les candidats à la présidentielle portent à la connaissance du peuple congolais cette volonté affichée par le pouvoir sortant de ne pas respecter la loi et de tenter de court-circuiter le processus législatif dans le seul but de conserver le pouvoir. Ils en appellent donc à une mobilisation du peuple pour faire entendre sa voie et faire respecter son droit.

Les 13 candidats à la présidentielle relèvent aussi tous les manquements au droit dans le chef du candidat de la majorité sortante et demandent l’application pure et simple de la loi et donc l’éviction du FCC de la course à la présidence et aux autres échéances électorales.

« Nous invitons la Ceni à constater la violation de l’article 36 de la loi électorale qui interdit à des fins de propagande d’utiliser des biens, des finances et du personnel de l’Etat, des établissements et organismes publics et des sociétés d’économie mixtes. [La CENI devrait] appliquer la mesure idoine de radiation de la candidature de monsieur Emmanuel Shadari, candidat du pouvoir sortant ». 

Ils demandent aussi au Premier ministre et autres ministres qui ont sciemment accepté de se présenter sur la liste des soutiens du candidat de démissionner.

Ils demandent encore à la communauté internationale de constater les entraves à la démocraties et les manoeuvres du pouvoir en place pour court-circuiter le processus électoral.

Pendant ce temps, le FCC qui avait d’abord annoncé que cette liste comportait le nom de certaines personnes qui n’avaient pu être contactées, avant de tenter d’affirmer qu’il s’agissait d’un faux document et, enfin, d’annoncer qu’il allait produire une nouvelle liste dans les 24 heures, semble bien incapable de sortir un document crédible.

LIre l’intégralité de la lettre des opposants 

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos