Réforme agraire en Afrique du Sud: le président tente de rassurer les investisseurs

Réforme agraire en Afrique du Sud: le président tente de rassurer les investisseurs

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a tenté vendredi de rassurer les investisseurs étrangers inquiets de la réforme foncière qui prévoit des expropriations de terres sans compensations, assurant que les entreprises seraient épargnées.

Sous la pression de son parti, le Congrès national africain (ANC), M. Ramaphosa souhaite que la constitution sud-africaine soit modifiée pour explicitement autoriser les expropriations de terres sans que les propriétaires soient dédommagés.

Le projet vise à corriger les inégalités entre la majorité noire et la minorité blanche héritées de l’apartheid. Mais il suscite des inquiétudes dans le pays et à l’étranger.

« Avec une législation solide qui protège les investissements étrangers, une justice indépendante et l’application de la loi, la constitution devrait dissiper les craintes des investisseurs que des entreprises vont être expropriées », a estimé vendredi le président Ramaphosa à Johannesburg.

« Notre approche réaffirme la protection constitutionnelle du droit de propriété, qui entre autres interdit la déchéance arbitraire du droit de propriété », a-t-il assuré devant un millier d’investisseurs représentant notamment le constructeur automobile allemand Mercedes Benz et le groupe minier Anglo American.

Ramaphosa, au pouvoir depuis février, s’est engagé à lever 100 milliards de dollars d’investissements en cinq ans pour relancer l’économie de la plus grande puissance industrielle du continent africain.

La tâche s’annonce ardue. Le pays qui enregistre une croissance molle depuis des années a plongé dans la récession en 2018.

« L’Afrique du Sud émerge d’une période de grandes difficultés et d’incertitudes et, alors qu’elle fait face à des défis immenses mais pas insurmontables, nous pouvons déclarer avec confiance que l’Afrique du Sud est une terre d’opportunités incalculables », a assuré le président Ramaphosa.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos