Le cri d’alarme des pêcheurs du lac Edouard face à l’insécurité grandissante

Le cri d’alarme des pêcheurs du lac Edouard face à l’insécurité grandissante

Par Esther Nsapu, correspondante à l’Est de la RDC

La société civile de Vitshumbi dénonce une nouvelle fois la dégradation de la situation sécuritaire sur le lac Edouard. Vitshumbi est une localité située dans le groupement de Kanyabayonga dans la province du Nord-Kivu.

La société civile sur place indique que l’insécurité sur le lac Edouard est causée par l’activisme de différents groupes armés présents dans la zone. Des groupes Mai-Mai en particulier pillent, volent, kidnappent et tuent des pêcheurs.

D’après Ir Dunga Ress, président de la société civile de Vitshumbi/Lac Edouard, de juillet à septembre, 17 pêcheurs ont été tués dans la zone transfrontalière avec l’Ouganda. 10 autres  pêcheurs ont été kidnappés par un groupe d’hommes armés sur le lac Edouard il y a environ deux semaines. Depuis, cinq d’entre eux ont été libérés moyennant une rançon allant de 1500 à 5000 dollars américains. Les cinq autres pêcheurs sont toujours en captivité car n’ayant pas les moyens de payer.

Selon lui, lundi 21 octobre, un autre pêcheur a été enlevé par des hommes armés à Madiso au sud de Tchanika. Ce qui ramènerait à six, le nombre de pêcheurs encore dans les mains des assaillants. Comme pour les cinq autres pêcheurs, le pêcheur kidnappé ne sera libéré que s’il paye une rançon.

La RDC possède 77% de l’étendue du Lac Edouard. Cependant, du fait de l’insécurité dans la partie congolaise du lac, il est difficile pour les populations riveraines de vivre des ressources halieutiques du lac. Cette insécurité s’explique par le fait qu’une grande partie du lac est contrôlée par des rebelles Mai-Mai qui s’en prennent aux pêcheurs et qui s’adonnent parfois à la pêche alors qu’ils ne sont pas pêcheurs. C’est ainsi que Dunga Ress, président de la société civile de Vitshumbi/Lac Edouard appelle l’Etat congolais à assurer la sécurité de ses concitoyens, notamment les pêcheurs du lac Edouard.

Baisse de la production

La production de la pêche a sensiblement baissé à Vitshumbi et au bord du lac Edouard dans le territoire de Rutshuru. D’après Josué Mukura, pêcheur sur le lac Edouard et membre de l’Alliance pour les moyens d’existence verts (GLA), une organisation de la société civile environnementale du Nord-Kivu, « La situation de la pêche sur le lac Edouard est actuellement médiocre et nous ne cessons de le décrier tous les jours car il nous manque une réglementation de la pêche. Le Lac Edouard devrait avoir en son sein, 700 embarcations mais aujourd’hui il se retrouve avec plus de 3.000 embarcations. Plusieurs pêcheurs pratiquent différentes pêches prohibées et menacent la reproduction des poissons notamment en pêchant dans les frayères et en ne laissant pas le temps aux poissons de se reproduire. A cause de la surpêche, certains pêcheurs sont obligés d’aller pêcher dans les zones purement transfrontalières et c’est là qu’ils sont souvent victimes de menace, de tueries et d’arrestations en Ouganda.

Des pêcheurs en captivité en Ouganda

Les membres des organisations de la société civile de l’Ouganda, du Rwanda et de la RDC réunis au sein de la Coalition des organisations de la société civile pour un plaidoyer en faveur de la Conservation des ressources naturelles dans la région des Grands Lacs (COSPGL-RN) ont émis le vœu samedi dernier de voir les 104 pêcheurs congolais arrêtés en Ouganda obtenir une assistance judiciaire et éventuellement une grâce présidentielle. Parmi les 104 pêcheurs, 35 ont été condamnés à des peines allant de 2 à 3 ans de prison ferme en Ouganda.

Cette coalition a statué également sur l’arrestation de 2 pêcheurs ougandais arrêtés et détenus au Congo en exprimant les besoins d’agir pour obtenir la relaxation des tous les pêcheurs en captivité.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos