Les enseignants du Sud-Kivu en grève

Les enseignants du Sud-Kivu en grève

Par Esther Nsapu, correspondante à l’Est de la RDC

La synergie des syndicats des enseignants a décrété trois jours sans enseignement sur toute l’étendue de la province du Sud-Kivu à dater de jeudi 11 octobre 2018.

Cette décision intervient une semaine après une assemblée générale tenue par la synergie des syndicats des enseignants le 5 octobre dernier qui avait pour but d’évaluer les différents problèmes contenu dans leur cahier de charges soumis au gouvernement provincial du Sud-Kivu.

Dans cette déclaration, les enseignants dénoncent des cas d’insécurité dans certaines écoles dus aux vols perpétrés par des hommes armés, mais également la spoliation de certains terrains d’écoles par certaines personnalités. La déclaration rappelle aussi la non adoption de l’Édit portant création d’un Fonds Provincial de soutien à l’éducation au Sud-Kivu tout en dénonçant  les détournements des frais de fonctionnement d’écoles primaires et le fait qu’un grand nombre d’enseignants restent jusqu’à présent non payés.

Cette déclaration va encore plus loin en pointant du doigt certains politiciens qui s’ingèrent dans les activités d’évaluation de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) au détriment des enseignants.

Ce jeudi, plusieurs dizaines d’enseignants des différentes écoles de la ville de Bukavu ont organisé un sit-in devant le cabinet du gouverneur du Sud-Kivu pour réclamer la sécurisation des écoles et leurs subventions pour celles qui ont été victimes de vol mais également l’implantation de la mutuelle de santé pour les enseignants du Sud-Kivu.

D’après Jacques Chirimwami, porte-parole du syndicat national des enseignants des écoles conventionnées catholiques, « Nous sommes environs 45.000 enseignants dans la province. Jeudi, nous avons rencontré le gouverneur lors de notre sit-in devant son cabinet, ce dernier a promis de résoudre rapidement certaines de nos préoccupations. Entretemps, nous maintenons notre mouvement de grève jusque samedi et le lundi nous allons reprendre les cours en attendant d’obtenir gain de cause ».

Ce mouvement de grève s’est poursuivi ce vendredi à la banque centrale pour dénoncer l’escroquerie subis par les enseignants de la part des certaines banques qui sont censées payés les enseignants. Ce samedi, un sit-in est prévue à l’assemblée provinciale pour réclamer le vote de l’Édit portant création d’un Fonds Provincial de soutien à l’éducation.

La synergie des syndicats des enseignants regroupe les établissements des écoles catholiques, protestantes et officielles de la province.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos