RDC : Le CLC lance, ce 7 octobre, sa campagne contre la machine à voter

RDC : Le CLC lance, ce 7 octobre, sa campagne contre la machine à voter

Le CLC, le comité laïc de coordination, est de retour au premier plan de l’actualité en République démocratique du Congo. Un retour en force motivé par le refus de participer à « un simulacre » d’élection avec la machine à voter et un fichier électoral pour le moins douteux. Il parle d’un combat de libération nationale face à un pouvoir dictatorial ».

Dans ce contexte, à près de 80 jours du passage par les urnes, le CLC, par la voix du professeur Isidore Ndaywel a lancé un appel à toute la population congolaise, « toutes les associations, tous les regroupements, tous les partis politiques, toutes les bonnes volontés, dans les quartiers des grandes villes et dans tous les villages » pour se dresser contre le recours de cette machine et l’utilisation d’un fichier électoral dont personne n’ignore qu’il est largement corrompu.

Le professeur Ndaywel, entouré des membres du CLC dont la plupart vivent en clandestinité, suite aux menaces de la justice congolaise, a rappelé que ce 7 octobre devait être, selon le calendrier électoral confectionné par la Ceni elle-même, le jour du lancement de l’opération de l’impression des bulletins de vote, des PV et des fiches des résultats pour un déploiement à partir du 16 novembre.

RDC: le Comité laïc de coordination s’interroge sur la bonne foi de la Commission électorale

Ceci, c’était ce qui était prévu dans le calendrier électoral qui n’a jamais évoqué la mise en place d’une machine à voter, « interdite par la constitution pour ce scrutin », martèle au passage Isidore Ndaywel, qui rappelel donc qu’il s’agit d’une « initiative audacieuse et unilatérale de la Ceni » et qu’« aucun consensus n’a été recherché ».

L’orateur en profite pour rappeler les énormes difficultés énergétiques auxquelles faot face l’ensemble du pays pour insister sur le risque énorme que ces machines ne puissent tout simplement pas fonctionner le jour j, le 23 décembre, faute d’énergie.

Ndaywel parle d’amateurisme, d’irresponsabilité, du venin de la suspiscion, de volonté délibérée de susciter le chaos. Face à un tel tableau, le CLC n’hésite pas : « ces élections, en contexte de crose aiguë, s’apparentent à un véritable combat de libération nationale contre un système oppressif et dictatorial pour accéder à une ère de normalité démocratique gage de l’instauration de la paix et du fonctionnement harmonieux des institutions républicaines ». 

Pour lui, l’obstintion de la CENI malgré toutes les mises en garde, doit être regardé ni plus ni moins comme « une stratégie de planification du chaos qui conduit inexorablement à des litiges électoraux qui ne pourront être solutionnés que par des affrontements ou une répression à grande échelle ».

Le CLC lance la mobilisation. Des actions suivront. Un nouveau bars de fer paraît inévitable en République démocratique du Congo.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos