RDC : Nangaa invite l’opposition pour séduire le conseil de sécurité de l’Onu

RDC : Nangaa invite l’opposition pour séduire le conseil de sécurité de l’Onu

Corneille Nangaa, le patron de la CENI a soudainement repris contact avec les leaders de l’opposition présents sur Kinshasa. Il a invité Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Martin Fayulu et Freddy Matungulu à une réunion de travail jeudi en milieu de journée.

Un geste de bonne volonté et d’ouverture dans la perspective des éléctions ? Pas vraiment ! Le patron de la Commission électorale nationale indépendante n’entend pas remettre en question sa machine à voter ni entamer une révision du fichier électoral. Son objectif : lancer de la poudre aux yeux de la délégation du conseil de sécurité des Nations unies attendue jeudi en soirée à Kinshasa.

RDC : Machine à voter et Corneille Nangaa au centre du meeting de l’opposition

Corneille Nangaa veut donc pouvoir afficher une image de dialogue constructive avec les quatre opposants qui n’ont jamais eu droit à un tel traitement depuis qu’ils sont candidats.

Le pouvoir en place à Kinshasa sait qu’il joue gros lors des deux journées de visite de cette délégation onusienne. A moins de 80 jours du scrutin, l’opposition est apparue unie, samedi 29 septembre lors du premier grand meeting commun de l’opposition. Une unité qui s’est essentiellement construite sur le dos de Nangaa et de sa machine à voter.

S’il parvient à réunir les quatre ténors et qu’il peut afficher un semblant de dialogue avec eux, il sait qu’il pourra détendre la situation et jeter le doute sur le front commun de l’opposition face à l’organisation du scrutin. S’il ne parvient pas à les réunir, il pourra toujours dire à la délégation des Nations unies que l’opposition refuse tout dialogue. Sauf, évidemment, qu’en demeurant unie l’opposition peut envoyer un message bien plus fort au conseil de sécurité : « Nous voulons les élections mais de vraies élections, libres, indépendantes et inclusives. Ils pourraient aussi réitérer leur invitation à la communauté internationale de venir soutenir le processus électoral pour garantir la bonne tenue des élections. Un autre message auquel la délégation onusienne pourrait être très sensible. Un message que refuse d’entendte le pouvoir kabiliste qui veut un scrutin à huis clos.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos