Virunga : la fermeture du parc met de nombreuses familles au chômage

Virunga : la fermeture du parc met de nombreuses familles au chômage

ign="justify">Par Esther N’Sapu, correspondante dans l’Est de la RDC

Fermé aux visiteurs depuis mai dernier, le Parc National des Virunga a annoncé par la voix de Joël Wengamulayi, directeur de la communication de l’Institut National pour la Conservation de la Nature (ICCN), que les activités touristiques rouvriront au début 2019 si les conditions sécuritaires sont de nouveau réunies.

La décision de suspendre les activités touristiques dans le parc des Virunga a été prise après la mort d’une éco-garde et l’enlèvement de deux touristes britanniques le 11 mai 2018 suite à une embuscade tendue par des hommes armés entre Kilimanyoka et Kibumba en territoire de Nyiragongo au Nord-Kivu. Ces touristes furent relâchés trois jours plus tard après le paiement d’une rançon, selon la société civile locale.

RDC: rapt de Britanniques dans les Virunga: les FDLR?

Cette suspension des activités au sein du parc de Virunga a mis au chômage plusieurs personnes dans le territoire de Nyiragongo et dans la ville voisine de Goma et a plus largement impacté négativement les activités socio-économiques de ces localités.

Pour certains professionnels, les activités touristiques représentaient 50% de leur chiffre d’affaires. Un chiffre qui grimpe à 90% pour les porteurs des bagages des touristes. Avec cette fermeture, ces personnes ont vu leurs revenus s’effondrer du jour au lendemain.

« Nous vivions des activités du tourisme. Cette fermeture nous créé des problèmes car nous avions pris des crédits à la banque que nous devons rembourser. Sans activités touristiques, nous perdons non seulement nos rentrées financières mais nous nous endettons également car nous n’arrivons pas à rembourser nos crédits bancaires », se plaint un commerçant d’œuvres d’Art à Goma

Selon Joël Wengamulayi, directeur de la communicationde l’ICCN : « Nous avons été obligés de suspendre les activités du parc suite à l’insécurité. Et cela a réduit sensiblement le volume du travail. Ce qui fait que certains agents ont été forcés d’être en congé technique et d’autres ont été contraints d’être mutés dans d’autres départements du parc. Environ 200 personnes qui servaient comme porteurs pour les bagages des touristes sont aussi au chômage. Nous sommes conscients que ces activités touristiques représentaient une source de revenus stables non négligeables pour les communautés locales mais aussi pour les professionnels locaux comme les interprètes, les restaurateurs, les hôteliers et les guides qui se retrouvent sans emploi ».

Le Parc des Virunga prévoyait 5,5 millions de dollars de recettes pour l’année 2018 mais suite à la suspension des activités en mai dernier, l’ICCN a enregistré un manque à gagner énorme estimé à 4 millions de dollars, soit 80% du chiffre d’affaires du Parc.

Selon Joël Wengamulayilui, les responsables du Parc des Virunga vont évaluer d’ici décembre 2018 ou janvier 2019, si les conditions sont réunies pour reprendre les activités touristiques. « Nous sommes en train de travailler sur les mesures sécuritaire avec nos partenaires, l’armée congolaise (FARDC), la police mais aussi les services de renseignement dans le but de renforcer et de rétablir la sécurité, mais aussi de réduire la nuisance des groupes armés qui opèrent autour du parc. Nous avons également eu recours à un cabinet d’audit externe pour évaluer et faire le bilan de notre dispositif sécuritaire et ce cabinet pourra nous aider à identifier les améliorations à apporter à notre dispositif sécuritaire. Tout cela nous aidera à réfléchir à la réouverture du parc ».

Le parc national des Virunga a été créé en 1925. Il est le plus ancien parc national de la RDC et d’Afrique et est connu pour la richesse de sa faune et de sa flore ainsi que pour le volcan Nyiragongo qui abrite le plus grand lac de lave permanent du monde. Il a été classé en 1979 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cependant, il abriterait dans son sous sol du pétrole ce qui pourrait remettre en cause son statut d’aire protégée. Environ 180 éco-gardes ont déjà été tués en plein exercice de leur métier dans le parc national des Virunga en province du Nord-Kivu depuis sa création. Il a enregistré plus de 10.000 touristes principalement étrangers durant toute l’année 2017. Tous sont venus pour contempler le lac de lave du Nyiragongo mais aussi les derniers gorilles des montages. Un film lui a été consacré en 2014 décrivant le courage des rangers du parc qui risquent leur vie pour protéger ce joyau.

RDC/Environnement: tollé de la société civile face au déclassement du parc des Virunga

Le parc national des Virunga fait face à une recrudescence de l’insécurité suite à la présence des différents groupes armés et de bandits. La société civile et les organisations de défense des droits humains ne cessent de déplorer ces actes ignobles qui n’épargnent personne. En effet, des groupes armés non identifiés kidnappent des personnes (hommes, femmes, enfants) et exigent le paiement de rançons exorbitantes que les victimes ont souvent des difficultés à payer. En cas de non-paiement, ces kidnappeurs n’hésitent pas à assassiner leurs victimes.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos