Opinion: vers une autonomisation communautaire des jeunes Congolais

Opinion: vers une autonomisation communautaire des jeunes Congolais

Par Emmanuel Ndimwiza Murhonyi, activiste des droits humains en RDC

Attaché au combat en faveur des droits humains, convaincu de notre dignité et de la nécessité de respecter les droits de l’homme, je réfléchis, avec d’autres jeunes d’Idjwi (Sud-Kivu), sur les voies et moyens pour parvenir à une paix durable dans notre pays et prévenir une crise politique et sociale d’envergure à laquelle notre peuple pourrait être confronté si de bonnes élections présidentielles n’étaient pas organisées le 23 décembre 2018, après la non organisation de l’élection due en 2016.

Actuellement, les jeunes d’Idjwi mènent plusieurs actions pour éveiller la conscience politique de nos concitoyens et leur apprendre comment réclamer leurs droits. Ces actions sont apolitiques, non partisanes, non violentes et ont pour objectifs d’exiger des comptes aux gouvernants, d’accorder la parole aux jeunes pour qu’ils s’expriment sur les élections, la paix, les droits humainset la dignité humaine.

Qu’avons-nous fait  après avoir constaté l’absence d’un leadership efficace? Par petits groupes, des jeunes conscients de la situation sensibilisent les citoyens sur leurs droits et devoirs ; initient et encouragent les actions citoyennes pour un changement positif ; organisent des formations sur la promotion des valeurs comme l’intégrité, le travail et l’amour. Nous participons aux conférences-débat sur le leadership et nous avons mis sur pied un cadre de réflexion sur le vécu quotidien à travers un noyau du projet « Cadre d’échange et de dialogue interactif « . Les jeunes planifient de nombreuses actions dans les semaines à venir pour être de vrais acteurs du changement.

En organisant ces actions nous voulons :

  1. Acquérir la connaissance nécessaire en matière de droits humains.
  2. Véhiculer la vision de la jeunesse sur l’ensemble du territoire pour faire entendre sa voix.
  3. Enseigner à la population comment réclamer ses droits dans la non violence.
  4. Sensibiliser et former le public sur les principes démocratiques.
  5. Dresser un plan et mettre en place des stratégies pour exiger les élections libres, équitables et transparentes qui mettront fin à la crise politique et humanitaire en RDC.

Les jeunes veulent ainsi éviter d’être derrière les hommes politiques qui leur ont ravi tous leurs droits et qui ont fait d’eux des esclaves et des pauvres dans un pays potentiellement riche. Ils veulent plutôt être derrière les principes républicains, démocratiques et humanistes qui permettront le changement de notre société.

Ils veulent une justice distributive, juste, punitive et accessible à tous. Une répartition équitable de la richesse de la RDC. Une gouvernance sécuritaire au service du peuple. Une alternance au pouvoir, qui passe par les élections libres, démocratiques et transparentes dans le délai constitutionnel. La création d’ emplois avec des salaires décents. La prise en charge sociale de nos militaires et policiers. La dépolitisation des services sécuritaires (armée, police, …) et de l’administration publique. L’accès pour tous aux soins de santé et la promotion de genre. L’éradication effective de la corruption institutionnalisée et le respect des biens publics. La promotion de l’environnement et l’assainissement des lieux publics. La formation des jeunes à des métiers. Lapromotion des débats citoyens.

Quelles sont les attentes de la communauté? En partageant cette vision avec les populations, les jeunes espèrent que le » Cadre d’échange et de dialogue interactif » sera soutenu et accompagné par la majorité des gens qui croit au changement et qui pourra s’approprier leurs actions pour l’avènement d’un Congo juste, qui promeut les valeurs de la dignité humaine.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos