RDCongo: nouvel appel du CLC: « des élections crédibles ou rien! »

RDCongo: nouvel appel du CLC: « des élections crédibles ou rien! »

Par Marie-France Cros.

Le Comité laïc de coordination (CLC) qui avait organisé en 2017 et début 2018 des marches de chrétiens pour exiger l’application de l’Accord de la St-Sylvestre et le respect de la Constitution par le président hors mandat Joseph Kabila, a annoncé lundi à Kinshasa qu’il allait « incessamment » lancer une campagne pour que les élections du 23 décembre prochain soient « crédibles ».

Le CLC, proche de l’Eglise catholique, a pris « bonne note » de la publication des listes de candidats agréés par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) pour la présidentielle et les législatives nationale et provinciale et « ne cache pas son inquiétude suite à l’exclusion du processus électoral d’un certain nombre d’acteurs politiques en qui une bonne partie de la population se reconnaît ».

Chasse gardée des kabilistes

Le CLC regrette aussi « la mise à l’écart de la communauté internationale »: non intégration du comité des experts internationaux; pas d’invitation à des observateurs internationaux des scrutins; refus de toute aide financière extérieure et de l’appui logistique de la Monusco (Mission de l’Onu au Congo). Regret aussi que ne soient pas prises en compte les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, notamment la 2409 sur le respect des libertés d’opinion et d’expression, la sécurité des acteurs politiques et leur liberté de circulation.

« Cette attitude d’exclusion » fait « de ce processus électoral la chasse gardée de la seule famille politique du président Kabila, qui en a le contrôle absolu », « s’est accaparé de toutes les ressources nationales et a instrumentalisé des institutions de l’Etat au seul profit de son candidat, déjà en campagne ».

Nettoyer le fichier et oublier la machine à voter

Néanmoins, dit le CLC, « il est encore temps pour la Ceni » de:

– publier les noms des 6 millions d’inscrits (16,6% des effectifs) sans empreintes digitales « et de les isoler du fichier électoral »;

– nettoyer le fichier électoral pour en dépouiller les « cas indésirables », notamment 498.345 enrôlés qui n’auront pas l’âge de voter (18 ans) le 23 décembre »;

– abandonner « définitivement le recours à la machine à voter non prévue par la loi » et, conformément à son propre calendrier, d' »imprimer, conditionner et livrer les bulletins de vote ».

Le CLC demande donc à l’opposition « de confirmer sa bonne foi et son engagement d’aller aux élections le 23 décembre » et de « présenter son candidat commun »; au président Kabila d’avoir un « sursaut patriotique en libérant réellement le processus électoral » par la mise en œuvre des mesures de décrispation politique prévues par l’Accord de la St-Sylvestre.

Campagne nationale

Contraints à la clandestinité depuis neuf mois, les six animateurs du CLC soulignent qu’après 24 mois de « glissement » (retard dans l’organisation des élections par rapport à la date légale), aucun report ne sera plus admis pour les élections et que celles-ci devront avoir lieu « à la date fixée, sans la machine à voter, avec un fichier électoral nettoyé, fiable et sécurisé ».

Dans cette optique, « le CLC va incessamment » lancer « une campagne nationale contre l’utilisation de la machine à voter et contre le fichier électoral corrompu ».

DECOUVREZ LE DERNIER APPEL DU CLC

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos