Sud-Kivu : Plusieurs villages occupés par les Maï-Maï Yakutumba

Sud-Kivu : Plusieurs villages occupés par les Maï-Maï Yakutumba

Par Esther Nsapu correspondante dans l’Est de la RDC

De violents combats se poursuivent depuis dimanche dernier dans le territoire de Fizi (Sud-Kivu) entre l’armée congolaise (FARDC) et des Maï-Maï Yakutumba. Des sources sur place mentionnent que cinq villages au moins sont sous contrôle des Maï-Maï Yakutumba sur le tronçon Kilembwe-Maindombe.

Ces affrontements ont commencé le samedi matin et se sont poursuivis jusqu’au lundi. Selon la société civile, ces combats ont créé une véritable psychose au sein de la population des différents villages de Fizi et occasionné un déplacement massif de la population vers la brousse.

D’après la nouvelle société civile sur place à Fizi, les Maï-Maï Yakutumba continuent de progresser dans le territoire de Fizi. A l’heure actuelle ils occupent Maindombe. Cette localité est située à une cinquantaine de kilomètres de Kilembwe et ils prennent la direction de Lulimba. Amona Benjamin, coordonnateur de la nouvelle société civile de Fizi dit s’inquiéter du fait que les populations des villages de Maindombe, Lumbwe, Pendemende, Lwiko, Maimoto et Kabea sont actuellement dans la brousse. Ces populations ont fui l’incursion des éléments Maï-Maï Yakutumba dans leurs villages et tous les axes routiers ont été bouclés.

L’armée congolaise annonce elle que la cité de Kilembwe est pour le moment entre les mains des Maï-Maï Yakutumba. Kilembwe est situé dans le secteur de Lulenge à l’Ouest de Fizi à environ 250 kilomètres de Baraka centre.

RDC : Des milliers des déplacés à Shabunda au Sud-Kivu

Le porte-parole de la 33e région militaire au Sud-Kivu, le Major Louis-Claude Tshiwanga, précise que « les troupes des forces armées de la RDC se sont retirées de la cité de Kilembwe pour éviter un bain de sang. Certains Maï-Maï se sont déguisés en civil et nous ne pouvons pas contre-attaquer car nous risquons de faire des victimes collatérales en confondant des civils avec des assaillants ».

Le bilan de ses accrochages n’est pas encore connu, mais la société civile sur place parle de deux civils blessés par balle à Kilembwe.

Cette nouvelle attaque intervient près d’un an après les attaques menées par la Coalition Nationale du Peuple pour la Souveraineté du Congo (CNPSC) fin septembre 2017 composée en grande partie deMaï-Maï Yakutumba dirigés par le chef l’Ex-Général William Amuri Yakutumba. Déjà à cette date, cette coalition affirmait vouloir renverser le pouvoir jugé illégitime du président Joseph Kabila et réclamait l’application pleine et entière de l’accord de la Saint-Sylvestre. Cette coalition avait failli prendre la cité d’Uvira avant d’être repoussée par les forces armées de la RDC. En février dernier, l’armée congolaise affirmait avoir anéanti ce groupe Maï-Maï actif dans la province du Sud-Kivu.

Toutefois, Amona Benjamin condamne le fait que certains éléments FARDC procèdent à des arrestations de certains jeunes en les accusant de Maï-Maï à cause de tatouages sur leurs corps alors que dans la tradition locale, ces tatouages sont connus pour guérir certaines maladies.

Cette situation va sûrement impacter la vie quotidienne de nombreux habitants dans de nombreuses localités du territoire de Fizi. En effet, selon la société civile locale, cette énième incursion des Maï-Maï va déstabiliser les activités sociaux-économiques des populations notamment celles qui vivent du petit commerce entre les cités et les villages des alentours. Quant aux élèves, ils ne peuvent plus aller à l’école car tous auraient fui dans la brousse.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos