RDC : Des actions en vue pour dire NON à l’insécurité à Goma

RDC : Des actions en vue pour dire NON à l’insécurité à Goma

Par Esther Nsapu, correspondante dans l’Est de la RDC

Le collectif des Notabilités de la province du Nord-Kivu donne un ultimatum de sept jours au maire de la ville de Goma pour mettre fin à la persistance de l’insécurité dans son entité. Le collectif des Notabilités dénonce les pillages nocturnes systématiques perpétrés par des hommes armés dans différents quartiers de la ville de Goma.

Le collectif des Notabilités de la province du Nord-Kivu est un cadre d’échange, de dialogue et de plaidoyer pour la paix et la cohabitation pacifique dans la province du Nord-Kivu.

Cette structure de la société civile condamne fermement l’immobilisme de la mairie, de la police, de l’armée congolaise (FARDC), des services de renseignements (ANR) et de la Monusco face à ces pillages nocturnes dont est victime la population de Goma et annonce des actions populaires notamment des marches pacifiques et des sit-in devant le bureau du  maire si rien n’est fait dans la semaine qui vient.

RDC : Bukavu est devenue la capitale de l’insécurité

D’après Me Jean Paul Lumbulumbu, point focal du collectif, environ 47 familles ont déjà été victimes de pillages nocturnes. Les populations des quartiers Katoyi, Kasika, Majengo, Mabanga Nord et Sud sont les plus touchées par cette insécurité depuis le deuxième semestre de l’année 2018. La semaine du 12 septembre, environ 40 personnes porteuses d’armes à feu et d’armes blanches ont dévalisé 8 familles dans le quartier Majengo emportant tous leurs biens de valeur. Quelques jours avant ce drame, un jeune homme de 30 ans a été froidement abattu de six balles devant sa résidence par deux personnes armées au quartier Katindo.

Ces hommes et femmes armés d’armes blanches mais aussi d’armes à feu opèrent  par des incursions collectives. Ils emportent matelas, couvertures, télévision, argent, téléphones et autres biens de valeur.

« C’est un nouveau phénomène qui s’observe actuellement à Goma. Un groupe de 30 à 40 personnes cagoulées et armées font irruption dans un quartier et emportent les biens de la population. Avant il y avait des cas de vol qui étaient enregistrés mais actuellement c’est une nouvelle méthode de vol qui a vu le jour et fait peur à la population. Il y a moins d’un mois que cette pratique s’est développée. Dans une nuit, les bandits peuvent dépouiller jusqu’à huit maisons. Parmi ces bandits, il y a des femmes et des adolescents dont l’âge varie entre 15 et 17 ans et qui servent comme porteurs », explique Me Jean Paul Lumbulumbu.

RDC : Colère contre la Monusco après une nouvelle fusillade mortelle à Béni

La ville de Goma n’est pas la seule à enregistrer une dégradation de la situation sécuritaire. La ville voisine de Bukavu mais aussi la capitale Kinshasa font aussi face à une recrudescence de la criminalité (assassinats, vols à mains armées, kidnappings,…). Partout, la société civile dénonce ces violences et demande une plus forte implication des autorités pour la protection des populations et de leurs biens.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos