RDC: 27 ONG se retirent de la Conférence minière du gouvernement

RDC: 27 ONG se retirent de la Conférence minière du gouvernement

 
Par MFC.
 
Vingt-sept organisations de la société civile congolaise ont publié mercredi un communiqué de protestation et annoncé qu’elles arrêtaient « définitivement » leur participation à la Conférence minière du gouvernement ouverte ce jour à Kolwezi (Katanga). Elles organisent une conférence alternative, annoncent-elles, les 13 et 14 septembre.

 
Ces ONG – parmi lesquelles figurent notamment des défenseurs des droits de l’homme tels que la Licoco, ACIDH, Justice pour tous, l’ASADHO -s’intéressent aux ressources naturelles et viennent de Kinshasa mais aussi des provinces minières quesont les deux Kivus, le Maniema, le Kasaï oriental, ainsi que le Haut Katanga et le Lualaba.
 
Organisation chaotique
 
Répondant à l’invitation du gouvernement du président hors mandat Joseph Kabila, leurs délégués s’étaient inscrits en ligne pour participer à la Conférence minière organisée par les autorités congolaises, comme chaque année, ces 12, 13 et 14 septembre. Ayant reçu confirmation de leur inscription, les délégués se sont rendus à Kolwezi, où a lieu la rencontre, qui doit dresser un étét des lieux de la gouvernance minière dans le pays. Une fois sur place, cependant, les délégués ont constaté une « organisation chaotique » et un « désordre » dans « l’enregistrement des délégués de la société civile nationale, qui a abouti à leur exclusion pour des raisons inavouées par les agents de la Présidence de la République » après plusieurs heures d’attente et dans « l’indifférence des autorités compétentes ».
 
Selon ces ONG, ce n’est pas la première fois qu’un tel scénario est observé. Les délégués de la société civile, disent-elles, sont « toujours victimes de l’exclusion lors des conférences minières organisées par le gouvernement congolais, alors que la société civile demeure une composante importante  dans l’amélioration de la gouvernance minière ».
 
En conséquence, ces ONG ont décidé « d’arrêter définitivement » leur participation à la Conférence minière en cours à Kolwezi et annoncent la tenue d’une conférence alternative ces 13 et 14 septembre, dans la même ville.
Selon les informations recueillies par La Libre Afrique, d’autres participants que les délégués d’ONG – notamment des députés et sénateurs – ont été refoulés bien qu’inscrits sur la liste officielle des participants. La totale désorganisation qui a entouré cette conférence serait largement évoquée pour expliquer ce désordre.
 

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos